27/08/2019 22:52
Un chercheur japonais a présenté un projet de formation du personnel médical au Vietnam pour l’aider à résoudre des problèmes de santé liés à l'agent orange/dioxine déversée par l'armée américaine pendant la guerre.

>>Assistance aux personnes handicapées contaminées par l’agent orange
>>Activités en commémoration des victimes de l’agent orange dans tout le pays
>>La solidarité pour surmonter les ravages de l'agent orange
 

Une mère vietnamienne soigne ses enfants victimes de l'agent orange/dioxine.
Photo: VNA/CVN


Un projet de formation du personnel médical au Vietnam pour l’aider à résoudre des problèmes de santé liés à l'agent orange/dioxine, serait mis en œuvre dans trois ans dans le district de Phù Cat, province de Binh Dinh, au Centre du Vietnam, ont déclaré le Professeur Kido Teruhiko de l’Université de Kanazawa et des responsables de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Selon le Professeur Kido Teruhiko, il a découvert des teneurs élevés en dioxine dans le lait des mères vivant dans des zones contaminées par ce produit chimique toxique. Par ailleurs, le taux d'enfants souffrant d'insuffisance pondérale à la naissance était également élevé.

Le chercheur japonais compte enseigner aux agents de santé locaux des méthodes pour contrôler des teneurs en dioxines dans le lait maternel, et donner aux mères dans ces régions des conseils de soins sanitaires.

Le professeur Kido Teruhiko a consacré des années aux recherches sur l’impact de l’agent orange/dioxine. Il espère appliquer les résultats de ses recherches pour améliorer la santé des Vietnamiens.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Ngàn Chuông : les grandes merveilles du petit Sa Pa Du fait de sa beauté immaculée, la chute d’eau de Ngàn Chuông fait partie des destinations les plus courues de la province septentrionale de Quang Ninh.