19/06/2021 11:20
Le numérique offre de nombreuses opportunités d’apprentissage et de divertissement pour les plus jeunes mais les expose aussi à bien des dangers. Depuis près de six mois, un groupe de jeunes cherche à protéger les plus vulnérables des dérives du cyberespace.
>>Approbation d’un programme de protection des enfants dans le cyberespace
>>La protection des enfants dans le cyberespace en discussion
>>La cybersécurité introduite dans le programme d'enseignement secondaire

Depuis sa création, CyberKid a organisé des centaines de cours sur la sécurité
du réseau en faveur de 3.000 élèves à Hanoï. 

CiberKid/CVN

Ces 20 dernières années, Internet est devenu partie intégrante de notre vie.  Pour de nombreux enfants, aujourd’hui, Internet, les téléphones portables et les autres technologies sont une présence constante et familière. À ne pas en douter, Internet apporte de nombreux avantages et possibilités aux enfants sur leurs niveaux d’instruction et d’inclusion sociale.

Toutefois, il les expose aussi à des dangers en dépit de leur âge, de leur situation géographique, et peut potentiellement les déconnecter du monde réel.

Sur le Web, les enfants et les jeunes risquent ainsi de voir des images abusives les mettant en scène, d’être manipulés ou attirés dans des dialogues à connotation sexuelle, d’être victimes d’intimidation ou de harcèlement en ligne.

Protection des enfants

Chaque jour, au Vietnam, sept enfants sont maltraités sur le cyberespace. Cette statistique a été publiée par le groupe CyberKid lors d’une récente conférence de perfectionnement des compétences de protection des enfants sur le cyberespace. Elle montre qu’actuellement,

Quelque 71% des enfants vietnamiens utilisent Internet dont certains jusqu’à 188 minutes par jour. En outre, 69,05% des enfants rencontrent des problèmes et des incidents sur le cyberespace, mais n’en parlent pas à leurs parents ou leurs enseignants.

"Les enfants vietnamiens sont-ils protégés dans le cyberespace ? Je pose régulièrement cette question aux experts dans les séminaires auxquels je participe", partage Nguyên Nhu Quynh, fondatrice de CyberKid. Selon elle, plus de 24 millions d’enfants vietnamiens sont confrontés chaque jour à des risques liés à la sécurité de l’information lorsqu’ils surfent sur la Toile.

Cependant, au début de 2020, les projets et programmes de protection des enfants dans le cyberespace au Vietnam étaient globalement inefficaces. Cette situation a été le moteur de la création de CyberKid Vietnam en septembre 2020. Elle est la première association au Vietnam à proposer des mesures de sécurité afin de protéger les enfants dans l’espace d’Internet.

Depuis ses débuts, elle a organisé des centaines de cours sur "La sécurité de l’information dans le cyberespace" en faveur de 3.000 élèves âgés de 8 à 15 ans à Hanoï. Grâce à une communication vivante, des histoires et exemples concrets, les messages transmis par CyberKid sont facilement compris et acceptés par les enfants.

L’organisation propose également des cours en ligne sur le développement de compétences pour les jeunes doués dans le domaine de la sécurité du réseau. Elle a créé une hotline et une boîte aux lettres pour aider  gratuitement les victimes dans le cyberespace. Notamment, elle a élaboré 18 scénarios de réaction rapide et un code de conduite en  réponse aux crises avec le soutien d’experts de premier plan.

"Nous voulons partager avec les enfants et leurs parents les compétences nécessaires pour réagir face aux risques et dangers dans le cyberespace, promouvoir et offrir des opportunités d’apprentissage et de divertissement sur Internet", partage Nhu Quynh.

Un projet à but non lucratif

Les enfants sont souvent exposés trop tôt aux écran et au contenu du Web. 
Truong Trân/CVN

Initialement composée de six membres seulement, CyberKid en compte désormais une centaine ainsi que des centaines de collaborateurs. Tous sont volontaires. "Il s’agit d’une organisation à but non lucratif. Même si ce n’est pas rentable économiquement, nous pensons que certaines choses valent plus que de l’agent", informe Nguyên Nhu Quynh. En tant qu’ancienne étudiante de l’Académie diplomatique, cette jeune femme a participé activement à des projets  solidaires lors de sa scolarité. D’après elle, les volontaires de CyberKid, choisis et formés, sont intervenus dans les classes pour présenter aux élèves la sécurité de l’information dans le cyberespace.

Les contenus de ses cours sont élaborés avec le soutien d’un groupe de conseillers du ministère de l’Information et de la Communication, de l’Institut d’études sur l’éducation et le développement des potentialités humaines, de la Commission de la culture, de l’éducation, des jeunes, des adolescents et des enfants de l’Assemblée nationale vietnamienne…

"Je suis très heureuse de participer à un cours de CyberKid. La méthode d’enseignement est vivante. Grâce à ce cours, je peux facilement acquérir des connaissances sur la sécurité dans le cyberespace", écrit Thao Nguyên, une lycéenne.

Pour sa part, Mme Mai Anh avoue avoir été "heureuse et surprise" quand son fils, après avoir suivi un tel cours à l’école, lui a dit qu’"en se connectant à Internet, il n’est pas conseillé de partager ses informations personnelles ou des informations sensibles".

Il ne s’agit que de quelques commentaires parmi tant d’autres, envoyés par les élèves et leurs parents  à CyberKid. Ces retours sont la plus grande des récompenses et motivent d’autant plus l’équipe à s’impliquer davantage dans la protection des enfants. 

Dans le futur, elle  envisage d’organiser des ateliers pour les parents sur la psychologie des enfants, la sécurité ou l’utilisation sécuritaire du réseau. De plus, "notre priorité sera réservée aux enfants des régions reculées. Nous espérons que CyberKid sera un +vaccin”+ pour les enfants dans le cyberespace", affirme la cheffe de cette organisation.
 
Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.