08/02/2019 13:00
Lecteur attentif du Courrier du Vietnam, vous avez déjà lu quelques-uns de ses poèmes. Si, en plus, vous êtes enseignant de français ou ancien étudiant des filières francophones, vous connaissez son identité. Pham Tiên Dung vient de sortir son recueil de poèmes Fleurs de cailloux.
>>Bùi Van Hùng, l’âme de la danse folklorique Xuân Pha
>>Un protecteur d’aigrettes à Ðông Tháp
>>Rentrée universitaire du Département de langue et de civilisation françaises

 
Pham Tiên Dung, auteur du recueil de poèmes "Fleurs de cailloux". 
Photo: Pham Tiên Dung/CVN
Dans les milieux francophones, on ne le présente plus. Pham Tiên Dung, né en 1949 à Vinh Long (Sud), est un amoureux des belles lettres, des bons mots, de la pédagogie active et des alexandrins. On le comprend bien quand on suit son parcours.

Le français au Vietnam

Vous connaissez tous la devise du Courrier du Vietnam: un pont reliant deux mondes - le Vietnam en français et le français au Vietnam. Cela marche aussi pour Pham Tiên Dung. Titulaire du baccalauréat français série A (Philo-Lettres) obtenu en 1968 à Phnom Penh, il est imprégné de culture française et francophone et connaît les grands écrivains classiques sur le bout des ongles. Il admire notamment Charles Baudelaire "dont l’ombre tutélaire habite véritablement ces strophes et ces vers et à qui le titre même de cet ouvrage rend hommage", signale Jean-Philippe Rousse, directeur délégué de l’Institut français du Vietnam, qui signe la préface de Fleurs de cailloux.   

Diplômé de l’Université de Saigon (ancien nom de Hô Chi Minh-Ville), Département de français, en 1973, Pham Tiên Dung est devenu professeur de français aux lycées Lê Ngoc Hân et Nguyên Dinh Chiêu à My Tho (province de Tiên Giang, delta du Mékong) entre 1974 et 1978. Il prend vite du galon, en devenant responsable de l’enseignement du français au Service de l’éducation et de la formation de cette province jusqu’en 1997. S’ensuit une belle carrière de conseiller pédagogique pour l’AUF de 1997 à 2011. Il mettra toute son expérience d’enseignant et de formateur au service des jeunes professeurs recrutés. Il faut dire qu’avec un Master en sciences de l’éducation, de l’Université de Caen, et sa formation d’inspecteur pédagogique à l’ESPEMEN Paris, il possède le plus beau CV francophone d’Asie du Sud-Est. 

Passionné de poésie dès sa jeunesse, il a publié quelques poèmes d’amour pendant ses années de lycée et d’université. Il écrit aussi bien en français qu’en vietnamien. Si en vietnamien, ses thématiques sont essentiellement l’amour romantique et l’humanité, en français, ses sujets sont plus variés et touchent par exemple la nature et l’environnement, la jeunesse et la famille, mais aussi la musique, la santé, le football et, évidemment, la Francophonie. Vous lirez ainsi, en page 67, l’adorable I comme francophonie.

Fleurs de cailloux peut ainsi être utilisé comme un recueil de textes dans les classes de FLE notamment lorsqu’on doit apprendre, par exemple, les temps des verbes. Précipitez-vous ainsi sur l’imparfait, pourtant… parfait en préambule du recueil (p.10): Je suis un imparfait.

Toujours à la recherche d’un plus-que-parfait:
Sur le long chemin de cette course effrénée,
Je me suis ainsi fait,
Un cœur meurtri, une âme gravement blessée…

Couverture du recueil de poèmes "Fleurs de cailloux".
Photo: Pham Tiên Dung/CVN

Le Vietnam en français   

Avec Fleurs de cailloux, Pham Tiên Dung aime aussi nous faire connaître son Vietnam, ses traditions, ses petites histoires du quotidien. On appréciera ainsi toute une série de poèmes en version bilingue. Ils sont tous chargés d’émotions et de passions et on en apprend beaucoup plus sur le Vietnam en quelques vers qu’en lisant une encyclopédie. Le noyau familial y est tellement bien raconté dans Noir et Blanc (Trắng đen) en pages 14 et 15. Mais la nature, les paysages côtiers, les animaux, les insectes y ont aussi leur place. On reste admiratif dans le très chouette "Improvisation" (p.25) par la beauté des femmes vietnamiennes:
Et dans ce soleil déclinant et ce léger vent
tes cheveux flottants sèment en moi un grand tourment.   

Ayant été enseignant lui-même, il connaît la magie de la fête des professeurs vietnamiens chaque année au mois de novembre. C’est ainsi qu’il nous offre sa version de la chanson Bụi phấn de Vũ Hoàng sous le titre La poussière
de craie
:

Quand sur le tableau notre maître écrit
De la poussière de craie en jaillit
Des grains sur son estrade se répandent
Et en partie sur ses cheveux s’étendent
Je chéris cet instant
Où ses cheveux semblent  plus blancs
Couverts d’un léger nuage de craie
Combien de bonnes leçons il nous fait !
Et quand j’aurai grandi
En moi cette image ne sera pas ternie
Jamais je ne saurai oublier
Ce temps où il m’a éduqué.

Il y a deux ans, il proposait son hymne très personnel aux enseignants vietnamiens qui commençait ainsi:
La fête, c’est un jour
Le travail, tous les jours
Éduquer les élèves

Une tâche sans trêve
Dans ce noble service
L’esprit de sacrifices
Tient toujours à cœur

Tous nos bons professeurs.

À suivre page 60 dans le recueil.

Au fil des pages, Pham Tiên Dung nous transmet sa passion, ses coups de cœur. C'est à nous de lui dire aussi qu'on l'aime en lisant son recueil et en l'offrant à nos proches. Alors, comme le dit cet homme heureux:
Le voici, mon petit recueil
Accordez-lui un bon accueil
Mon inspiration poétique

Ne se veut pas que romantique

Fleurs de cailloux
Hoa Sỏi de Pham Tiên Dung
Recueil de poèmes
Aux éditions Nhà xuât bản Văn hoá - Văn nghệ (Culture - Lettres et Arts)

Prix: 65.000 dôngs
Contact: Pham Tiên Dung
Tél: +8 49 13 61 00 89
Duc Thang Nguyên
Tél: +84 9 02 60 04 46
Hervé Fayet/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le tourisme vietnamien sera présenté en Chine en mai Le programme de présentation du tourisme vietnamien en Chine constitue le point d’orgue des activités la branche touristique dans les temps à venir. Cette information a été donnée par le porte-parole du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, Nguyên Thai Binh, lors d’une conférence de presse périodique de ce ministère tenue le 17 avril à Hanoï.