26/06/2021 19:01
Financé par la Suisse, le projet "Information et assurance des cultures par la télédétection dans les pays émergents" (RIICE) est déployé au Vietnam depuis l’année 2012. La troisième phase du projet se terminera à la fin de cette année. À cette occasion, l’ambassadeur de Suisse au Vietnam, Ivo Sieber, a accordé à la Voix du Vietnam (VOV) une interview en ligne.

>>La communauté vietnamienne en Suisse soutient la lutte anti-COVID-19 au Vietnam
>>Suisse-Vietnam : la SVBG nomme un conseil représentatif
>>Un séminaire sur le Vietnam organisé en Suisse

 

L'ambassadeur de Suisse au Vietnam, Ivo Sieber. Photo : VNA/CVN 


La sécurité alimentaire est un domaine important de l’aide au développement de la Suisse. En même temps, la production de riz est un secteur économique important au Vietnam. Par conséquent, notre engagement est bien adopté aux besoins du Vietnam. Le projet RIICE implique l’application de technologies satellitaires avancées et peu couteuses. De cette manière, le projet contribue directement à aider les petits agriculteurs et les autorités à améliorer la sécurité alimentaire, en particulier face aux impacts de plus en plus graves du changement climatique.


-  Pourriez-vous nous parler un peu plus des technologies de pointe qui ont été appliquées dans ce projet?

RIICE se compose de deux éléments : la partie télédétection et la partie agrotechnique. Les données radars par satellites sont utilisées pour créer des cartes qui incluent par exemple l’indice de surface foliaire, qui est un petit indice de végétation. Le logiciel Mapscape de la compagnie SARMAP qui est une entreprise technologique basée en Suisse est essentiel au fonctionnement de ce système. Ainsi ces données sont intégrées avec d’autres données telles que la météo, l’approvisionnement en eau, dans un modèle qui a été développé et testé par l’Institut international de recherches sur le riz (IRRI) au cours de ces trois dernières décennies et qui peut être utilisé pour estimer à l’avance et avec une considérable précision des récoltes de riz pour chaque communauté observée.

- Quels sont les résultats obtenus au cours des trois phases de RIICE?

Dans le système suisse, RIICE est classé comme un projet global mis en œuvre dans plusieurs pays tels que le Cambodge, la Thaïlande, l’Inde et bien sûr le Vietnam. Rien qu’au Vietnam, le montant total des fonds dépensé au cours des trois phases s’élève à environ 730.000 CHF, soit un peu moins de 20 milliards de dôngs. Ce n’est pas un montant extraordinaire comparé à d’autres projets de coopération au développement ici au Vietnam. Néanmoins, nous ne devons pas sous-estimer son impact. Avec un petit montant investi dans RIICE, le Vietnam peut exploiter des ressources de valeurs, à savoir des données satellitaires fournies gratuitement par les agences internationales mais aussi par le centre spatial national du Vietnam. Ainsi, RIICE a surveillé 900.000 hectares de riz cultivés dans sept provinces pour une superficie totale de 4 millions d’hectares au cours de plusieurs saisons consécutives. Chaque saison, RIICE produit des cartes du riz et des données sur les récoltes ainsi qu’une compilation actualisée des dégâts causés aux cultures par les catastrophes naturelles. Ces informations sont utilisées non seulement par les planificateurs mais aussi par les décideurs en matière de sécurité alimentaire, et par les compagnies d’assurance qui cherchent à offrir une couverture d’assurance aux agriculteurs.

- Quels sont les nouveaux projets qui seront lancés par la Suisse en faveur de l’agriculture et de la sylviculture au Vietnam?

Actuellement, la Suisse soutient un certain nombre de projets dans les domaines de la gouvernance foncière de l’eau, de l’amélioration de la chaîne de valeurs dans la production des fruits, du commerce durable des produits agricoles... Mais la Suisse est également active au niveau régional dans le secteur des terres et des forêts, par exemple à travers le centre régional pour la promotion de la foresterie communautaire (RECOFTC) ou encore par un programme visant à améliorer la gouvernance inclusive de l’eau dans les pays de la sous-région du Mékong, à savoir le Cambodge, le Laos, le Myanmar, la Thaïlande et aussi le Vietnam. Dans ses nouveaux programmes de coopération pour le Vietnam qui débutent cette année et qui dureront jusqu’à l’année 2024, nous nous concentrons sur deux axes prioritaires : les conditions économiques et la compétitivité du secteur privé. La Suisse restera un partenaire de développement et de coopération fidèle et engagé pour le Vietnam, particulièrement cette année alors que nos deux pays célébreront le 50e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.


VOV/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quang Ninh et Phuket discutent de la reprise du tourisme post-pandémique Une téléconférence s'est tenue le 22 septembre pour discuter de la coopération post-pandémique entre la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord) et la ville thaïlandaise de Phuket, en particulier dans la réouverture des marchés touristiques.