15/05/2021 10:52
Le Dr. Trân Van Công, doyen du Département de français de l’Université de Hanoï, s’est vu remettre par l’ambassadeur de France au Vietnam, Nicolas Warnery, la médaille de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.
>>De jeunes francophones rencontrent avec le monde socio-économique à Hanoï
>>Le Département de français de l’Université de Hanoï souffle ses 50 bougies
>>Les étudiants de français dans la peau d’un guide touristique
>>Le français, son terrain de jeu

L’ambassadeur de France au Vietnam, Nicolas Warnery (droite), remet le 4 mai la médaille de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres à Trân Van Công, doyen du Département de français de l’Université de Hanoï.
Photo : AF/CVN

S’exprimant lors de la cérémonie de remise, tenue le 4 mai à Hanoï, l’ambassadeur de France au Vietnam, Nicolas Warnery, a félicité Trân Van Công pour ses nombreuses contributions à la diffusion de la langue et de la culture françaises. Il a mis en avant les talents de traducteur, d’interprète, de chercheur et de pédagogue mis au service de la littérature française et du développement de la francophonie au Vietnam.

Pour sa part, Trân Van Công a souligné que cette distinction récompensait un effort collectif, partagé avec les collègues et anciens professeurs de l’Université de Hanoï qui contribuaient au rayonnement de la langue et de la culture françaises.

Professeur, traducteur, écrivain ou encore journaliste, Trân Van Công a usé de multiples casquettes. De diverses activités qui ont pourtant toutes un point commun : le français. Actuellement, il est encore président de l’Association des facultés et établissements de lettres et sciences humaines francophones. "J’aime la mélodie du français", partage celui qui est né à Nam Dinh, à 90 km de Hanoï. Un idiome qu’il manie depuis une trentaine d’années.

La littérature coule dans ses veines

Féru de littérature, Trân Van Công a fait connaissance avec la culture française quand il n’était alors qu’un tout jeune garçon. "J’avais une voisine qui vendait des livres. Tous les jours, je venais l’aider à ranger sa bibliothèque. En échange, elle m’autorisait à lire les livres que je voulais. Ainsi, à l’âge de 10 ans, j’ai découvert les grands auteurs français du XIXe siècle traduits en vietnamien comme Hugo, Balzac, Stendhal, Maupassant et Zola, entre autres".

À 18 ans, il commence ses premiers cours de français à l’Université de Hanoï. "Je me rappelle encore les difficultés que j’ai rencontrées car j’avais été placé dans une classe où la plupart des étudiants avaient déjà appris le français au collège et au lycée. Mais pensant à mes parents qui travaillaient si dur pour pouvoir me payer mes études, j’ai décidé de m’accrocher et de faire davantage d’efforts. Et puis, je suis tombé amoureux du français sans le savoir".

"Cette langue accompagne depuis 35 ans toutes mes activités professionnelles, que ce soit dans l’enseignement du français, de la civilisation et de la littérature françaises, dans la traduction d’œuvres littéraires ou même dans le journalisme".

"Le travail d’enseignant, à l’université mais aussi à la Télévision nationale, en effet, m’a donné l’occasion de transmettre la langue de Molière à plusieurs générations d’étudiants, de leur faire découvrir et sentir la beauté des lettres françaises. Beaucoup d’entre eux sont devenus des amoureux de la langue et de la culture françaises. C’est pour moi une grande récompense". 

Puis, un jour, le destin fera en sorte qu’il croise le chemin d’un éditeur qui lui proposera de traduire en vietnamien un roman français. Trân Van Công profitera de cette opportunité afin de mieux faire connaître la littérature française aux lecteurs vietnamiens. Depuis 2008, il a ainsi traduit dix romans d’écrivains allant d’Anna Gavalda, Marguerite Duras à Delphine de Vigan, entre autres. Les conférences qu’il donne à l’Institut français du Vietnam à Hanoï et à Huê (Centre) sont toujours autant d’occasions de partager sa passion pour la littérature française contemporaine avec le public vietnamien.

Avec l’aide de ses collègues du Département de français de l’Université de Hanoï, Trân Van Công lutte sans cesse pour la valorisation et la promotion de la langue française dans un contexte multilingue. "Je n’aurais pas pu réaliser ces projets francophones sans la confiance dont j’ai bénéficié de la part des partenaires de notre université : l’ambassade de France, la délégation Wallonie-Bruxelles, l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Agence universitaire de la Francophonie".

"Cette distinction qui m’est remise aujourd’hui, c’est la nôtre. C’est le résultat de tout le travail que j’ai eu la chance de réaliser avec vous, dans l’excellence et dans le respect des valeurs françaises et vietnamiennes".
 
Thúy Hà/CVN


Ordre de Chevalier des Arts et des Lettres

L’Ordre de Chevalier des Arts et des Lettres est l’un des quatre ordres de niveau ministériel de la France. Depuis 1957, il récompense "les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire, ou par leurs contributions aux rayonnements des arts et des lettres en France et dans le monde".
 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.