16/07/2019 16:43
Une station de mesure de la qualité de l’air a été inaugurée le 16 juillet dans le parc de l’ambassade de France à Hanoï. Cette station sera intégrée au réseau mis en place par la ville de Hanoï, notamment pour l’envoi des données collectées.

>>Conjuguer les efforts communs pour protéger la qualité de l’air
>>Pollution de l’air: quelle est la vraie situation de Hanoï?

 

Cérémonie d'inauguration de la station de mesure de la qualité de l'air à l'ambassade de France au Vietnam, le 16 juillet.


L’environnement dont la qualité de l’air est "un sujet essentiel de Hanoï", a souligné Bertrand Lortholary, ambassadeur de France au Vietnam lors de la cérémonie d’inauguration en présence de Nguyên Duc Chung, président du Comité populaire de la ville de Hanoï et Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France. Le diplomate français a également insisté sur l’importance de l’installation de la station dans le parc de l’ambassade qui fournira des données pour tenir informer la population de la qualité de l’air à Hanoï et également pour permettre d’étudier en détail les phénomènes de pollution afin de déterminer les évolutions et de savoir comment le mieux lutter contre la pollution.

La nouvelle station de mesure de la qualité de l’air est le 11e capteur installé à travers la ville de Hanoï. Ce dispositif s’inscrit dans la continuité du projet d’assistance technique AFD/Airparif. En 2016, un accord de partenariat pour le dimensionnement d’un réseau de surveillance et d’information sur la qualité de l’air avait été signé, et ceci entre le Service municipal des ressources naturelles et de l’environnement de la ville de Hanoï et l’Association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France (Airparif). Ce projet, à l’initiative du Comité populaire de Hanoï et de l’ambassade de France au Vietnam, a pour but de permettre à la capitale de se doter rapidement d’un dispositif opérationnel efficace. 


Île-de-France et Hanoï, coopération de longue date

"Depuis des années, la Région Î
le-de-France et la ville de Hanoï collaborent sur la question de la pollution de l’air. C’est une grave question de la santé publique en Asie mais aussi en Europe. Et l’ambassade de France au Vietnam a fait le souhait de faire part du réseau de capteurs de Hanoï", a insisté Valérie Pécresse. À noter que l’environnement reste toujours au cœur de la coopération franco-vietnamienne. Et les actions menées par la ville de Hanoï et la Région Île-de-France entendent répondre à cette priorité stratégique depuis 1989 et tout particulièrement à la question de la qualité de l’air depuis 2016.

Cette année, la Région Île-de-France et la ville de Hanoï fêtent le 30e anniversaire de leur établissement de la coopération bilatérale. "En tant que présidente de la Région de Paris, je voudrais renforcer encore cette coopération ", a affirmé Valérie Pécresse. Il y a trois volets à renforcer. Le premier, c’est le projet "Qualité de vie, Qualité de ville" signé en 2018 entre les deux parties qui met l’accent sur la qualité de l’air, la gestion des déchets, le plan de transport… Le 2e volet, c’est la culture et le tourisme. À remarquer que l’année dernière, le nombre de touristes vietnamiens en
Île-de-France a connu une augmentation de 40% et la moitié d’entre eux exprime le souhait d’y retourner. Le troisième volet, c’est la technologie et l’innovation avec la création d’un incubateur dans lequel les start-uppers de Hanoï pourront venir, se réunir et grandir sous le modèle de Station F à Paris.

Ambassade de France, ambassade verte

 

Le mur végétal installé dans le parc de l'ambassade de France au Vietnam.


L’installation de la station de mesure de la qualité de l’air matérialise encore une fois l’engagement de l’ambassade de France au Vietnam dans la protection de l’environnement. En 2018, l’ambassade de France au Vietnam a remporté le "Grand prix" du concours "Ambassade verte" organisé chaque année depuis 2017 pour son projet "Ambassade verte: vivre la biodiversité au Vietnam". L’occasion de récompenser le renforcement de la biodiversité du parc de l’ambassade et l’implication des agents.

Doté d’une enveloppe de 20.000 euros, ce projet a permis de financer un renforcement de l’engagement en faveur de la biodiversité avec l’introduction de plantes et de fleurs locales ainsi que la suppression des produits phytosanitaires afin de déployer un véritable écosystème sur le campus de l’ambassade, la diminution de la consommation énergétique et la mise en place progressive de mesures contre la pollution de l’air.

Lancé en 2015 dans la perspective de la COP21, le projet "Ambassade verte" est une démarche globale et progressive de réduction de l’empreinte environnementale des représentations diplomatiques françaises à l’étranger.

Texte et photos: Vân Anh

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découverte d’un village de broderie centenaire à Nam Dinh

Des conteneurs pour loger les touristes à Quang Ninh Le homestay T&N, dans la province de Quang Ninh, a la particularité d’être constitué de 26 containeurs. Une architecture particulièrement atypique qui attire les amateurs d’expériences singulières.