21/12/2019 09:00
Jérémie Bonamant Teboul est un artiste aux multiples talents. De passage en octobre dernier au Vietnam, il a noirci son carnet de croquis et le résultat est stupéfiant !
>>Les sites incontournables de Dông Thap
>>Tourisme communautaire, le Mékong vous attend sous une nouvelle vue !
>>Recherche des solutions pour l'adaptation au changement climatique dans le delta du Mékong

La beauté ineffable du delta du Mékong.
Photo : Jérémie Bonamant Teboul/CVN

Jérémie Bonamant Teboul excelle en tout : création de figurines, danse, musique folk, photo, vidéo, dessin et autoédition. Rien ne l’arrête. Sa devise est simple : la vie se divise en deux parties, celle où on perd du temps et celle où on le rattrape. Tout est dit. C’est un homme qui va droit au but.

Un artiste qui sait ce qu’il veut et qui a des projets plein la tête. Par-dessus tout, il adore voyager et traverse les pays… à vélo. Seul ou accompagné, il a une technique imparable pour se souvenir de tout : avoir ses crayons et ses pinceaux à portée de main.

"Le carnet de croquis est un excellent moyen de prendre le pouls d’un pays. C’est un véritable sésame pour rentrer dans le cœur des gens. Chaque dessin prend tellement de temps qu’on choisit minutieusement ce que l’on va raconter : émotions, découvertes, peurs et doutes. Et beaucoup d’amour, car il faut aimer ce que l’on dessine. Dessiner, c’est croquer la vie, c’est continuer de garder les yeux ouverts sur le monde qui nous entoure, ressentir et essayer de comprendre", aime à répéter notre "cyclo-croqueur", surnom qui lui colle parfaitement à la peau après son passage au Vietnam.

Quand Jérémie Bonamant Teboul ne partage pas sa musique lors de bals folks endiablés, en version duo, on l’aura compris, il bouge beaucoup. Après un périple de deux ans à vélo à travers 22 pays sur le continent africain, il est remonté en selle six mois à la force des mollets pour explorer l’Inde bouillonnante. Il a ensuite entrepris d’autres voyages à pied, auprès des nomades du Sahara et ses dernières semaines parmi les habitants du delta du Mékong.

Un fleuve fascinant

Un bras du Mékong observé depuis le grandiose pont de Vinh Long.
Photo : Jérémie Bonamant Teboul/CVN

Notre artiste n’a pas de mots assez forts pour décrire tout ce qu’il a observé, ce qu’il a senti comme "une dérive silencieuse sur les rives du fleuve mythique, carnet de voyage entre terre et eau, entre imaginaire et réalité" ou encore "les tribulations d’un +Tây ba lô+ (Un Occidental voyageant avec un sac à dos) sur les rives du fleuve aux neufs dragons".

Près de Vinh Long, à Trà Ôn (province de Vinh Long, delta du Mékong), tout n’a été qu’émerveillement pour lui : les pirogues de bois, les jacinthes d’eau, les marchés flottants, les navigateurs du fleuve, les méandres, les enfants se baignant dans la joie, les couchers de soleil.

Il en rajoute une couche : "Partout où il coule, ce fleuve fascine les hommes et façonne leur vie. C’est ici que je me suis frotté à ce grand et généreux serpent d’eau après son tumultueux périple de près de 4.500 km. Puissant, insouciant, languissant à l’approche de l’océan, le fleuve rythme tout simplement la vie. Il abreuve, charrie, dépose, transporte, régule. Façonnant les joies, les peines, les ardeurs, le labeur et parfois les misères des hommes établis sur son long cours. Cette simple évocation a fait naître en moi quantité d’images, de rêves, de fantasmes parfois".

Il a réussi à coucher toutes ses émotions dans ses carnets secrets. En exclusivité, il nous en offre quelques-unes qui illustrent cette page avec cette phrase magique : "Quelque part ces aquarelles appartiennent au Vietnam et elles sont faites pour vivre et circuler".

Depuis 2012, Jérémie Bonamant Teboul a décidé de se lancer dans l’autoédition, une aventure passionnante qui s’avère pour lui synonyme d’une grande liberté créatrice. Il a déjà publié de nombreux carnets de voyages mettant en lumière ses précédentes expéditions.

Il se consacre désormais au prochain carnet qui magnifiera le "chant du Mékong" et ses beautés admirables. Pour en savoir plus, suivez sa page Facebook : https://www.facebook.com/JeremieBT et fermez les yeux.

Partez pour le delta du Mékong avec notre artiste-voyageur qui en parle amoureusement une dernière fois : "Les pirogues de bois tanguent légèrement, soulevées par les ondulations que laisse le sillage des embarcations en voyage. Brisées, rouillées, elles se balancent, bercées comme moi par le chant du Mékong. Nous sommes là, posées sur un immense tapis vert de jacinthes, flottant au rythme de sa mélodie".  Bon voyage !
 
Hervé Fayet/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Les destinations touristiques les plus visitéees pendant le Têt 2020 Pendant les vacances du Têt 2020, le complexe touristique Ngu Hành Son de Dà Nang (Centre) a accueilli 40.000 visiteurs, dont la moitié était des étrangers, soit une hausse de 16% par rapport à l’année dernière.