22/08/2021 08:54
Autrefois braconnier, Lê Van Hiên a remisé son fusil pour devenir garde-forestier dans la province septentrionale de Hà Nam. Pour ses contributions, il s’est vu remettre par le Disney Conservation Fund le titre de "Héros de la conservation".
>>Un deuxième Vietnamien reçoit le titre de Disney Conservation Hero
>>Ha Nam va construire un site de conservation de langur de Delacour
>>Environnement : un Vietnamien reçoit le prestigieux prix Goldman

Lê Van Hiên a décidé de remiser ses armes et ses pièges pour protéger les langurs de Delacour. 
Photo : ST/CVN

Lê Van Hiên n’avait jamais pensé qu’il abandonnerait la chasse. Mais une rencontre avec un expert de la faune a changé sa vie. En 1994, il mena l’expert Lê Van Dung pour enquêter sur une population de langurs de Delacour dans la forêt de Kim Bang. Pour la première fois depuis bien des années, il entrait en forêt sans fusil.

Pendant leur périple, ils ont vu des jeunes langurs s’accrocher à leur mère tandis que le mâle adulte leur  apprenait à chercher de la nourriture. "Les langurs ont des sentiments comme les humains. Si un membre de la famille meurt, les autres pleurent et cessent de manger. Si la mère langur meurt, son bébé meurt aussi", lui dit Lê Van Dung. Ce dernier lui fit également savoir que le langur de Delacour était sur le point de disparaître et lui a conseillé d’abandonner la chasse.

De retour chez lui, M. Hiên réfléchit sérieusement à la question. Il fit part de son intention à sa femme et obtint son soutien, même si arrêter de chasser était synonyme d’une nouvelle vie.

Issu d’une famille pauvre, Hiên suivit très tôt ses parents en forêt pour ramasser des pousses de bambou et couper des arbres pour le charbon. "J’ai commencé à suivre un braconnier dès l’âge de 13 ans", se souvient-il. Des années plus tard, il a  acheté une arme à feu et est devenu un braconnier à temps plein.

C’était à l’époque bien plus lucratif que les autres travaux manuels. "La vente d’un chamois rapportait 500 kg de riz, un macaque ou un langur environ 10 tonnes. Il y a des jours où j’ai abattu trois chamois pesant entre 50 et 70 kg chacun", raconte-t-il.

Un projet de préservation du langur de Delacour

Après avoir remisé son arme, Lê Van Hiên commença à travailler dans des carrières de pierre avec un salaire mensuel de 4 à 5 millions de dôngs (130-173 USD). Il fut blessé par des rochers à trois reprises, mais était déterminé à ne pas reprendre le braconnage.

En 2017, Fauna and Flora International (FFI), en collaboration avec le Service de l’agriculture et du développement rural de Hà Nam, lança un projet de préservation du langur de Delacour. Après avoir entendu parler du projet, l’ancien braconnier s’inscrivit et fut nommé à la tête d’une équipe de conservation.

"C’est comme ça que je rembourse ma dette vis-à-vis de forêt. Dans le passé, j’étais un braconnier mais maintenant je suis un garde- forestier", confie-t-il lorsqu’on lui a demandé la raison de sa décision.

M. Hiên fait savoir que son travail quotidien consiste à prendre des photos de langurs pour suivre leur vie, retirer les pièges des braconniers et informer les gardes forestiers des violations. "Si vous n’avez pas de passion pour ce travail, vous ne pouvez pas le faire. Certains membres de mon équipe ont jeté l’éponge après un ou deux mois parce qu’ils ne pouvaient supporter les difficultés", affirme-t-il. D’après lui, il faut souvent veiller tard la nuit et se lever tôt le matin. Et chaque sortie en forêt dure  plusieurs jours, dans un inconfort total.

La faible allocation de 3 millions de dôngs (130 USD) par mois par personne est également un problème. Cependant, ses efforts ont payé. La forêt de Kim Bang abrite aujourd’hui plus de 100 langurs de Delacour, ce qui la classe au 2e rang mondial derrière la Réserve naturelle de Vân Long dans la province de Ninh Binh.

Lê Van Hiên (centre)  reçoit le titre  de "Héros de la conservation", remis  par le Disney Conservation Fund. 
Photo : Nguyên Chinh/VNA/CVN

Lê Dac Phuc, coordinateur du projet, fait savoir que M. Hiên travaille depuis 2016 comme guide pour les experts de FFI dans leurs recherches sur le langur de Delacour."Comme il était autrefois braconnier, il a une connaissance approfondie de la faune et de la flore de la forêt de Kim Bang. Ses informations sont utiles à nos chercheurs", informe Lê Dac Phuc. 

"M. Hiên est très enthousiaste et responsable dans son travail. Il a grandement contribué à la conservation du langur à Hà Nam. Sous sa direction, le piégeage a considérablement diminué", souligne-t-il.

En janvier dernier, Lê Van Hiên s’est vu décerner le titre de "Héros de la conservation" par le Disney Conservation Fund pour son dévouement dans la conservation de la faune et son action inspirante pour protéger la faune et les lieux sauvages du monde entier. Il a été le deuxième à recevoir ce titre au Vietnam, après le garde forestier Hoàng Van Tuê, en 2017.

"Ce titre est une grande source d’encouragement. Mais si je ne l’avais pas reçu, j’aurai continué  à garder la forêt, à retirer les pièges, à compter et observer les langurs. Je considère la forêt comme ma deuxième maison, les langurs comme des camarades. À mon âge, je veux juste tous les matins voir la forêt vivante et entendre les oiseaux chanter. C’est ce qui me rend le plus heureux ! J’accomplirai cette mission  tant que ma santé me le permettra", conclut-il.

Le langur de Delacour, endémique du Vietnam, fait partie des 25 espèces de primates les plus menacées au monde. Il se trouve au Nord principalement dans la Réserve naturelle de Vân Long (province de Ninh Binh), les forêts de Kim Bang (province de Hà Nam) et Lac Thuy (province de Hòa Binh).

Huong Linh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La peinture sur soie dans l’histoire des beaux-arts du Vietnam

Hanoï vise 10 à 12 millions de touristes en 2022 Cette année, Hanoï ambitionne d’accueillir de 10 à 12 millions de visiteurs voyageurs, dont 1,2 à 2 millions d'étrangers, pour un chiffre d’affaires total de 28.000 à 36.000 milliards de dôngs.