18/05/2017 20:25
Des boîtes de compteurs électriques peintes en jaune, rouge ou vert, des murs éclatants oranges, bleus et même roses. Ce sont là quelques-unes des œuvres que l’on peut admirer dans une petite impasse du Vieux quartier de Hanoï. Son auteur ? Scott Matt, un Américain.
>>Un metteur en scène singapourien met le théâtre tuông à l’honneur
>>Un photographe américain sublime le hâu dông

 L'Américain Scott Matt ont coloré toutes les boîtes de compteurs électriques.
Photo : Vân Anh/CVN

Le contraste est saisissant dans l’impasse 50 de la rue Hàng Bac, arrondissement de Hoàn Kiêm (Vieux quartier de Hanoï). Grâce aux travaux d’un artiste américain de 24 ans, ce petit cul de sac avec ses murs décrépits couverts de mousse s’est, en quelques nuits, retrouvé métamorphosé, lui conférant un sacré coup de jeune.

Scott Matt, puisqu’il s’agit de lui, est fraîchement émoulu de l’Université de Drexel, aux États-Unis. «Diplôme en poche, j’ai voulais ouvrir une société privée avec un ami. Mais il s’est désisté. J’ai alors décidé de boucler mes valises et de partir en vacances. J’ai cherché les pays où les dépenses ne sont pas élevées et finalement opté pour le Vietnam», raconte le jeune artiste.

 

Des murs de toute couleur.
Photo : Vân Anh/CVN


Au Vietnam, Scott Matt vit de l’enseignement de l’anglais. Il séjourne dans un hôtel situé dans la fameuse impasse 50 de la rue Hàng Bac. S’intéressant de près à la culture et à la vie quotidienne des habitants qui vivent ici, le jeune Américain a décidé de donner une nouvelle vivacité à cet endroit. «Je voudrais que les personnes, en passant par ici, aiment cet endroit et qu’il devienne célèbre comme d’autres destinations de la capitale comme le Lac de l’Épée restituée ou la rue de la bière Ta Hiên», confie Scott Matt. Et d’ajouter que s’il obtient l’autorisation des autorités de Hanoï, il repeindra toutes les impasses de la capitale. 

Un travail nocturne à l’abri des regards

 

Les habitants ont décidé d'aider Scott Matt.
Photo : TN/CVN


«Au début, les locaux étaient plutôt inhospitaliers. C’est pourquoi, j’ai dû peindre la ruelle lorsque tout le monde dormait, raconte-t-il. Je garde toujours le silence pour ne pas gêner les locaux. Normalement, je travaille de 23h00 à 01h00, parfois pendant toute la nuit».

Aujourd’hui, les regards ont bien changé et les habitants de la fameuse impasse se réunissent pour décider de la teneur des prochaines réalisations. Ils cotisent même de l’argent pour acheter la peinture. Certains invitent Scott à boire une bière avec eux, ce qui lui fait chaud au cœur et l’encourage à continuer.

«Tous les habitants d’ici sont admiratifs du travail de Scott Matt. Au début, nous étions très étonnés..., gênés également d’avoir laissé cette impasse dans un tel état de décrépitude. Et puis, cet étranger a décidé, sans nous consulter, de nous donner un coup de main. En voyant le résultat, nous ne pouvions pas rester les bras croisés !», raconte Nguyên Thi Duc, une habitante.

Grâce à son travail, Scott Matt est devenu célèbre sur les réseaux sociaux. L’impasse 50 attire chaque jour de nombreux curieux, de tous les horizons et de toutes les nationalités. Son souhait d’en faire une destination célèbre est peut-être en passe de se réaliser...

Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.