03/02/2017 18:09
Le président ukrainien Petro Porochenko a appelé à faire pression sur Moscou au cinquième jour de combats entre soldats ukrainiens et séparatistes dans l'Est de l'Ukraine, Vladimir Poutine accusant en retour Kiev d'avoir orchestré la reprise des hostilités.
>>L’Ukraine va mener des exercices militaires près de la Crimée
>>L'Ukraine inaugure le dôme métallique qui va recouvrir Tchernobyl

Un tank dans la ville d'Avdiïvka, dans l'Est de l'Ukraine, le 2 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les affrontements entre soldats ukrainiens et séparatistes dans l'Est de l'Ukraine, les plus violents depuis une trêve obtenue en décembre, sont aussi les premiers depuis l'investiture du président américain Donald Trump, qui prône un rapprochement avec la Russie.

Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue slovaque Andrej Kiska, Petro Porochenko a accusé "les soldats russes" de tirer sur Avdiïvka, au cœur des combats depuis dimanche 29 février, appelant le monde à être "plus actif dans sa pression sur la Russie pour obtenir un cessez-le-feu".

Vladimir Poutine lui a répondu au cours d'une conférence de presse avec son homologue hongrois Viktor Orban à Budapest, accusant l'armée ukrainienne d'avoir déclenché les affrontements et "avancé de 200 mètres dans le territoire contrôlé par les milices" avant d'en être repoussé.

Les autorités ukrainiennes cherchent "à travers ce conflit" à "établir des relations" avec l'administration Trump, a déclaré le président russe. "C'est beaucoup plus facile ainsi de mettre l'administration (américaine) actuelle au courant des problèmes ukrainiens", a-t-il ajouté.

Des soldats ukrainiens à Avdiïvka, dans l'Est de l'Ukraine, le 1er février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour sa part, l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a déclaré lors de sa première intervention très attendue devant le Conseil de sécurité vouloir "de meilleures relations avec la Russie".

Elle a averti que les sanctions contre la Russie resteront en place "jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine".

"Un certain changement de ton" 

À l'issue de cette réunion, l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a affirmé avoir "noté un certain changement de ton". "Nous ne sommes qu'au début du chemin et j'espère que ce chemin nous mènera à quelque chose de plus constructif", a-t-il ajouté.


Sur le terrain, les combattants des deux camps ont continué à s'affronter jeudi 2 février à coups de roquettes et d'obus de mortier, qui ont notamment tué une civile. Les autorités séparatistes ont annoncé le décès d'un de leurs combattants dans les faubourgs d'Avdiïvka et l'armée ukrainienne la mort de deux de ses soldats, portant à 23 le nombre de morts depuis la reprise des violences.

Alors que les températures descendent sous les -20° en plein cœur de l'hiver ukrainien, les 20.000 habitants d'Avdiïvka doivent en outre faire face à des pénuries de chauffage et d'eau courante en raison des dégâts infligés à la centrale électrique de la ville.

La question de la responsabilité initiale dans la rupture de la trêve n'est pas tranchée, les deux camps, soldats ukrainiens et séparatistes, s'accusant mutuellement. Mais la ville d'Avdiïvka, sur la ligne de front, est sous le contrôle de l'armée ukrainienne, et des soldats ukrainiens ont indiqué avoir été pris par surprise par les attaques des séparatistes durant le week-end.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.