19/09/2018 08:48
Des centaines de secouristes philippins creusaient mardi 18 septembre avec des pelles, voire à mains nues, pour tenter de retrouver des disparus sur le site d'un immense glissement de terrain provoqué par le typhon Mangkhut, lequel a fait 74 morts selon un nouveau bilan.
>>Philippines: le bilan du typhon s'aggrave à 74 morts
>>Grand nettoyage à Hong Kong après le passage destructeur du typhon Mangkhut

Recherche de survivants après un glissement de terrain provoqué par le typhon Mangkhut, le 18 septembre à Itogon, aux Philippines.
Photo: AFP/VNA/CVN

La tempête, la plus puissante depuis le début de l'année dans le monde, a détruit samedi 15 septembre des logements et inondé les régions agricoles du nord des Philippines avant de poursuivre son chemin vers Hong Kong (Chine) et le Sud de la Chine, où il a fait quatre morts. La police nationale de l'archipel d'Asie du Sud-Est, qui essuie régulièrement de violents typhons, a annoncé un nouveau bilan de 74 morts mais celui-ci devrait encore s'aggraver.

Un énorme glissement de terrain s'est produit à Itogon, sur l'île de Luçon, dans le Nord de l'archipel, et le maire de la localité, Victorio Palangdan, estime qu'une quarantaine de personnes pourraient toujours être ensevelies. Cette coulée de boue est survenue quand Mangkhut a déversé en quelques heures l'équivalent d'un mois de pluie.

Elle a emporté une construction abandonnée par l'opérateur d'une mine d'or utilisée par des mineurs et leurs familles comme abri d'urgence. Le glissement de terrain a détruit les routes, si bien que les autorités n'ont pas pu faire venir d'équipements lourds pour accélérer les recherches.

"La volonté de Dieu"

En conséquence, les familles et les secours fouillaient les débris avec des pelles et à mains nues, dans l'espoir de plus en plus ténu de retrouver des survivants.


"Il y a 99% de risque que tous soient morts, mais il y a un pour cent de chance de retrouver des survivants", a expliqué le maire. "Les efforts se poursuivront jusqu'à ce que le président nous dise d'arrêter".

La catastrophe était presque annoncée car le typhon est arrivé après près d'un mois de pluies de mousson ininterrompues qui avaient gorgé d'eau et fragilisé les sols de la région. Autre facteur aggravant, le fait que les normes de sécurité soient peu suivies dans le secteur minier aux Philippines, où des effondrements de tunnels dans les zones aurifères sont relativement fréquents.

Des familles en pleurs étaient rassemblées près de panneaux recensant les morts et les disparus, tandis que d'autres allaient inspecter les dépouilles récupérées pour identifier éventuellement leurs proches.

"Nous sommes en paix car son corps a été retrouvé", a déclaré à l'AFP Teresa Buucan après que la dépouille de son neveu eut été sortie de terre. "Il n'y a rien que nous pouvons faire, c'était un accident. Peut-être que c'est la volonté de Dieu".

Des régions entières du Nord de Luçon, qui fournissent normalement une part importante de la production de riz et de maïs de l'archipel, étaient noyées sous les eaux. Les pertes pourraient dépasser les 100 millions de dollars.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Le tourisme prend son essor à Binh Liêu Ces dernières années, Binh Liêu a connu des changements remarquables dans son développement du tourisme. Autrefois terre inconnue, ce district est devenu l’une des destinations les plus appréciées à Quang Ninh.