29/12/2018 17:02
Le tsunami qui a frappé l'Indonésie le week-end dernier a fait 426 morts, selon un bilan revu à la baisse par les autorités en raison de doublons dans les décomptes.
>>Relever le niveau d'alerte du volcan responsable du tsunami
>>Les secouristes tentent d'accéder aux régions isolées touchées
>>Tsunami indonésien: la pluie entrave les efforts désespérés des secours

Des réfugiés sont installés dans un centre d'hébergement à Kalianda, le 27 décembre, après avoir été évacués de l'île de Sebesi touchée par le tsunami.
Photo: AFP/VNA/CVN

Un précédent bilan faisait état de 430 morts et la confusion a été imputée au fait que des décès ont été comptabilisés séparément par différents districts. Une vingtaine de personnes demeurent portées disparues. Les autorités ont en revanche doublé à 40.000 le chiffre officiel des personnes déplacées et fait état de 7.202 blessés, un chiffre également en nette hausse par rapport au précédent bilan des blessés qui était de 1.495.

Le raz-de-marée s'est produit soudainement samedi soir dans le détroit de la Sonde qui sépare les îles de Sumatra et de Java, ravageant son littoral. D'après les experts, cette tragédie a été consécutive à une éruption modérée de l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire volcan Krakatoa, qui a provoqué un effondrement sous-marin d'une partie du volcan et le déplacement de masses d'eau. L'Indonésie a relevé jeudi 27 décembre le niveau d'alerte concernant le volcan, dont le regain d'activité pourrait engendrer une nouvelle vague meurtrière. Près de 1.300 habitations ont été détruites par le tsunami.

"Nous recommandons que les personnes vivant près de la plage soient hébergées ailleurs de façon permanente", a déclaré à Jakarta lors d'une conférence de presse le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. Le rayon de la zone interdite autour de l'Anak a en outre été élargi jeudi à cinq km. Des images satellites prises avant et après le tsunami par l'agence spatiale japonaise ont montré qu'une portion de 2 km2 du volcan s'était effondrée dans la mer.

C'est le troisième cataclysme à frapper l'archipel ces six derniers mois, après une série de séismes sur l'île de Lombok en juillet et août, puis un raz-de-marée à Palu, sur l'île des Célèbes, qui a fait 2.200 morts et des milliers de disparus en septembre. L'Indonésie est située sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique et d'éruptions volcaniques. Elle compte 127 volcans actifs.
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.