05/12/2018 08:46
Donald Trump s'est montré plus circonspect mardi 4 décembre sur les chances de succès des négociations commerciales avec la Chine. Et Wall Street chutait lourdement dans la foulée.
>>À Buenos Aires, le G20 tendu vers le choc commercial USA - Chine
>>Wall Street, misant sur un apaisement entre Pékin et Washington, finit en hausse
>>Donald Trump envisage un accord commercial avec Pékin "très bientôt"

Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, le 1er décembre à Buenos Aires. Photo: AFP/VNA/CVN

M. Trump évoquait lundi 3 décembre encore le "grand bond en avant" dans les relations avec Pékin, après le sommet avec son homologue chinois Xi Jinping samedi 1er décembre à Buenos Aires, et les Bourses du monde entier fêtaient la trêve. Mardi 4 décembre, le ton a changé. Pour la première fois, M. Trump a évoqué la possibilité de prolonger la trêve de 90 jours - jusqu'au 1er mars - qu'il a accordée aux Chinois samedi 1er décembre, avant de faire passer de 10 à 25% les taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. "Les négociations avec la Chine ont déjà commencé. AÀ moins d'être étendues, elles s'arrêteront 90 jours après la date (le 1er décembre, NDLR) de notre merveilleux et très chaleureux dîner avec le président Xi en Argentine", a écrit le président américain.

Comme ils le lui avaient déjà reproché lors de son sommet en juin avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, nombre d'analystes et d'éditorialistes ont souligné que M. Trump avait donné, sans recevoir grand chose en échange. Les investisseurs se sont rangés à cet avis. Le Dow Jones chutait de plus de 3% à la clôture et le Nasdaq de 3,8%. "Les gens commencent à disséquer les détails du cessez-le-feu commercial et s'aperçoivent qu'il va être difficile de trouver un accord définitif dans les 90 jours", a estimé Nate Thooft, de Manulife AM. Les négociateurs américains devront s'assurer qu'un "VRAI accord est possible avec la Chine. S'il l'est, on le conclura", a insisté le président.

Promesse d'achats

En échange de la trêve accordée par le président américain, les Chinois ont notamment accepté d'acheter davantage de produits américains et de réduire le déficit commercial énorme (autour de 335 milliards de dollars) qui hérisse tant l'occupant de la Maison Blanche. Mais Pékin est resté vague sur le calendrier et sur les montants.


Selon M. Trump, qui avait estimé que l'engagement de la Chine allait avoir "un impact incroyablement positif" pour les fermiers américains, ces achats doivent commencer "tout de suite". Les mesures de rétorsion chinoises, ciblées pour avoir un impact politique maximal sur l'électorat de M. Trump, frappe durement les agriculteurs et en particulier les producteurs de soja. Mais en attendant plus de détails, les représentants du monde agricole restent circonspects.

"On n'a ni chiffre, ni calendrier" sur les promesses annoncées, remarquait lundi 3 décembre David Salmonsen, spécialiste du commerce pour le premier syndicat agricole aux États-Unis, l'American Farm Bureau. Le principal conseiller économique de M. Trump, Larry Kudlow, a assuré lundi 3 décembre qu'il s'attendait à ce que la Chine lève "rapidement" les taxes douanières sur les produits agricoles. Les analystes s'accordent à dire que M. Xi a pour sa part réussi à gagner du temps et à éviter une pression accrue sur l'économie chinoise, au moment où elle montre de sérieux signes de ralentissement.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.