24/03/2018 15:14
Le président américain Donald Trump a renoncé vendredi 23 mars à imposer son interdiction totale de recruter des militaires transgenres, limitant toutefois largement l'accès à l'armée à ceux qui changeraient de sexe.
>>Trump affiche son soutien aux militants anti-avortement
>>L'armée américaine ouvre ses portes aux personnes transgenres

Le président américain Donald Trump (gauche) et son secrétaire de la Défense, James Mattis, lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche le 23 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je révoque mon mémorandum du 25 août" relatif aux personnes transgenres dans l'armée, indique-t-il dans un mémorandum publié tard vendredi soir 23 mars par la Maison-Blanche, en référence au document ordonnant au Pentagone de ne plus recruter de personnes transgenres.

M. Trump souligne néanmoins que les personnes transgenres qui "pourraient avoir besoin de traitements médicaux lourds, notamment par des médicaments ou de la chirurgie, sont disqualifiées pour servir dans l'armée, sauf circonstances exceptionnelles".

"Le secrétaire à la Défense et la secrétaire à la Sécurité intérieure, dans le cas des garde-côtes, peuvent exercer leur autorité pour mettre en 
œuvre toute décision sur le service dans les forces armées d'individus transgenres", ajoute Donald Trump.

Le président américain avait annoncé dans une salve de tweets fin juillet qu'il comptait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée, revenant ainsi sur une annonce emblématique de son prédécesseur démocrate Barack Obama, qui avait décidé que l'armée devrait commencer à accueillir des recrues transgenres au 1er juillet 2017. Jim Mattis avait repoussé cette échéance de six mois afin d'"évaluer l'impact" de cette intégration sur les forces armées.

Mais les tweets du président républicain avaient été envoyés sans coordination avec le Pentagone et pendant les vacances de M. Mattis qui avait dit attendre les directives détaillées de la Maison-Blanche sur ce sujet "évidemment très compliqué" avant de lui soumettre des recommandations avant fin février.

Coûts médicaux "disproportionnés"

Vendredi soir 23 mars, le Pentagone a publié le rapport de M. Mattis au président, dans lequel le ministre de la Défense fait la distinction entre les personnes transgenres qui veulent changer de sexe ou l'ont déjà fait, et celles qui s'identifient sous un sexe différent de celui de leur naissance, sans toutefois aller jusqu'aux traitements médicaux visant à un changement de sexe. Les premières ne seront pas autorisées à s'engager dans l'armée, les secondes pourront y servir au même titre que les autres, précise ce document.

Le document justifie cette distinction par les risques que poseraient des personnes ayant changé de sexe pour le degré de préparation des forces armées et les frais médicaux "disproportionnés" qu'elles représenteraient.

"Par sa nature même, le service dans l'armée requiert des sacrifices", souligne M. Mattis, qui est un ancien général des Marines.

"Les hommes et les femmes qui se sont engagés volontairement acceptent les limites imposées à leurs libertés individuelles - liberté d'expression, liberté d'engagement politique, liberté de mouvement - pour s'assurer que les citoyens américains bénéficient pleinement de leurs libertés individuelles", ajoute M. Mattis.

Pour Joshua Block, de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), il s'agit de "transphobie déguisée". "Cette politique oblige de facto les personnes transgenres qui souhaitent servir dans l'armée à choisir entre leur humanité et leur pays et montre clairement que les recrues transgenres ne sont pas les bienvenues", a ajouté M. Block, l'un des avocats de l'association.

D'après les estimations, de 1.320 à 15.000 personnes transgenres servent dans l'armée américaine sur 1,3 million de militaires en service actif.

Plusieurs militaires transgenres ont porté plainte contre Donald Trump et le Pentagone. Ils dénonçaient l'incertitude qui entourait leur avenir, expliquant notamment ne pas savoir s'ils conserveraient leur poste.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.