19/05/2017 17:55
La plupart des présidents américains choisissent pour leur premier déplacement à l'étranger un aller-retour dans un pays voisin comme le Canada ou le Mexique. Mais pas Donald Trump, qui a préféré un très dense, voire rude, voyage qui va le mener dans cinq pays en huit jours.

>>Le président Obama au Vietnam "mettra l’accent sur l’avenir, plutôt que sur le passé"
 

Le président américain Donald Trump salue, lors de son embarquement à bord de l'avion présidentiel Air Force One, le 18 avril, à la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland. Photo : AFP/VNA/CVN


Vendredi 19 mai, le président âgé de 70 ans se lance dans un "énorme" périple qui testera la résistance d'une administration déjà mise à l'épreuve par les turbulences intérieures de l'affaire russe.

Pour les passants qui prennent en photo le convoi présidentiel dans les rues désertes d'une capitale étrangère, le déplacement semble agréable. Mais en coulisses, c'est un marathon de tensions, de larmes et de colères, sur fond de décalage horaire et de manque de sommeil.

Si Donald Trump espère ainsi faire une pause dans les scandales en série qui le frappent actuellement, son voyage lui apportera un changement de décor mais peu de répit.

Le rythme est impitoyable, et jamais les enjeux pour la Maison Blanche n'ont été aussi cruciaux.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.