21/06/2019 15:56
Un an après le spectaculaire clash du G7 au Québec, Donald Trump et le Premier ministre canadien ont fait cause commune jeudi 20 juin pour défendre un accord commerial trilatéral avec le Mexique, que les démocrates américains hésitent à endosser.
>>Ottawa, Mexico et Washington sont plus optimistes sur un nouveau traité commercial
>>Aléna : États-Unis, Canada et Mexique à nouveau réunis pour négocier

Donald Trump (droite) et Justin Trudeau dans le Bureau ovale de la Maison Blanche le 20 juin.
Photo: AFP/VNA/CVN

Après un déjeuner de travail avec le président américain, Justin Trudeau a rencontré les chefs de file des deux partis au Congrès. Il est allé encourager les élus américains à adopter un texte d'une importance économique cruciale pour les trois pays signataires.

"Avec 2 milliards de dollars de commerce (par jour) entre les deux pays, nous ne pouvons pas dire assez souvent à quel point cette relation entre nos deux pays est importante", a souligné le Premier ministre à l'issue de la rencontre, lors d'un point de presse sur fond de coupole du Congrès.

Pour autant, M. Trudeau a insisté: "On sera là pour répondre aux questions et aider là où on peut", mais pas question de s'immiscer dans le processus législatif du grand voisin du Sud.

Le nouvel accord de libre-échange nord-américain (AEUMC) doit permettre aux trois pays de continuer de s'échanger des milliards de biens et de services sans droits de douane.

Le Mexique a ratifié l'accord mercredi 19 juin. Le Canada est prêt mais juge prudent d'agir seulement quand les Américains franchiront eux aussi le pas.

Plus tôt dans la journée, dans le Bureau ovale, le président américain a lui aussi vanté l'accord commercial qu'il a arraché au Canada et au Mexique et qui doit permettre non seulement de créer de nombreux emplois mais aussi au trio d'être plus compétitif face au reste du monde.

Les trois pays "ne se font plus tellement concurrence", a estimé M. Trump.

"Cela nous met dans une position où nous ne nous faisons plus concurrence mais nous concourrons contre le reste du monde", a insisté le président, qui avait forcé la renégociation de l'Aléna, accord de libre-échange en vigueur entre les trois pays depuis 1994, l'estimant injuste et tueur d'emplois américains.

Pour l'heure, la ratification pose problème à Washington où les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, restent sur la défensive et veulent des aménagements.

Il y a aussi une réticence à donner au président une victoire politique alors que la campagne pour la présidentielle de 2020 est lancée.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.