12/06/2018 10:09
Donald Trump et Kim Jong Un doit se rencontrer mardi 12 juin pour un face-à-face historique après des décennies de tensions liées aux ambitions nucléaires de Pyongyang. Les deux hommes aux parcours et au style radicalement différents, que plus de 30 ans séparent, ont rendez-vous à Singapour.
Le leader de la RPDC Kim Jong Un (droite) et le président américain Donald Trump. Photo: AFP/VNA/CVN

La poignée de main entre le président américain et le dirigeant nord-coréen, prévue à 09h00 (01h00 GMT) dans un hôtel de luxe, sera observée avec attention par des millions de personnes à travers le monde et aura sa place dans les livres d'histoire. Elle sera suivie d'un tête-à-tête, d'une rencontre avec leurs équipes respectives puis d'un déjeuner de travail.

Mais en dépit de la spectaculaire détente diplomatique des derniers mois, nombre de points d'interrogation pèsent sur ce sommet entre les deux dirigeants aux coupes de cheveux désormais célèbres, chacune de leur style.

Un peu plus de 500 jours après son arrivée au pouvoir, Donald Trump joue l'un des moments les plus importants de sa présidence sur la scène internationale, où il s'est mis nombre de dirigeants à dos, y compris parmi les alliés des États-Unis.

"Je pense que cela va très bien se passer", a-t-il lancé lundi 11 juin avec enthousiasme en évoquant sa rencontre avec l'homme avec lequel il a échangé menaces et insultes pendant des mois. "Nous allons savoir bientôt si un véritable accord, à la différence de ceux du passé, peut ou non advenir", a déclaré ensuite dans un tweet matinal depuis Singapour le président américain.

La décontraction de Kim

Kim Jong Un, qui n'avait jusqu'à cette année jamais effectué la moindre visite officielle à l'étranger, est apparu très décontracté devant les caméras lors de sa rencontre avec le Premier ministre singapourien. Mais il n'a jusqu'ici rien dévoilé de son jeu.

Le leader de la RPDC Kim Jong Un (centre) se promène à Singapour le 11 juin.
Photo: AFP/VNA/CVN
 

Lundi soir 11 juin, le dirigeant nord-coréen, à la tête de l'un des pays les plus fermés au monde, s'est offert une spectaculaire sortie nocturne à Singapour, visitant, visiblement ravi, les hauts lieux touristiques de la ville.

Comment vont se parler les deux hommes? Donald Trump sera-t-il aussi tactile qu'il sait l'être avec ses homologues des grandes puissances? Combien de temps durera la rencontre? Autant de questions auxquelles quelque 5.000 journalistes venus à Singapour du monde entier, selon l'exécutif américain, attendent une réponse.

L'arsenal nucléaire nord-coréen, qui a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l'ONU au fil des ans, sera au cœur des discussions.

Personnage central de ce dialogue, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a rencontré Kim Jong Un à deux reprises, a assuré lundi 11 juin que les discussions avaient progressé rapidement au cours des ultimes rencontres, se disant "très optimiste quant aux chances de réussite".

Avare en détails, il a simplement souligné que les États-Unis étaient prêts à apporter à la RPDC des "garanties de sécurité uniques, différentes" de celles proposées jusqu'ici, si elle répondait aux demandes américaines.

Objectif affiché de Washington: la dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la péninsule. Pyongyang, qui a multiplié depuis 2006 les essais nucléaires et balistiques, s'est déclaré favorable à une dénucléarisation tout en restant jusqu'ici très vague sur les contours de cette dernière.

Possible résultat concret évoqué côté américain: un accord de principe pour mettre fin à la guerre de Corée. Le conflit de 1950-1953 avait en effet été conclu avec un armistice et non par un traité de paix: Nord et Sud sont donc techniquement toujours en guerre.

"Dès la première minute"


Trump, qui met inlassablement en avant son sens de la négociation et son instinct, assure qu'il saura "dès la première minute" de sa rencontre avec l'homme fort de Pyongyang si ce dernier est déterminé à bouger.

Et si, en dépit de préparatifs chaotiques, des signaux parfois contradictoires envoyés par l'administration Trump, d'une annulation suivie presque immédiatement d'une reprise des contacts, ce président atypique réussissait là où tous ses prédécesseurs ont échoué ?


"Trump va probablement crier victoire quel que soit le résultat du sommet, mais la dénucléarisation de la péninsule coréenne est un processus qui prendra des années", estime Kelsey Davenport, de l'Arms Control Association. 

Le chef de la diplomatie américaine assure pourtant que la situation est, cette fois, profondément différente. Et que la rencontre portera ses fruits. "Il y a seulement deux hommes qui peuvent prendre des décisions d'une telle importance. Ces deux hommes seront assis dans la même pièce", a-t-il affirmé à la veille du rendez-vous crucial.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.