25/03/2018 13:51
Nuage Rose a accepté de revenir sur son livre Trois Nuage au pays des nénuphars (paru en France en 2013) pour Le Courrier du Vietnam. Dans son ouvrage, l’auteur raconte les souvenirs de son enfance dans un Vietnam profondément marqué par la guerre et la pauvreté.
>>Le 10e Grand Prix "Bùi Xuân Phai - Pour l’amour de Hanoï" décerné au chroniqueur culturel Huu Ngoc
>>Table ronde sur les écrivaines européennes à L’Espace

Nuage Rose partage aujourd’hui son temps entre son Vietnam natal et la France, où elle s’est installée il y a de nombreuses années.
Photo : NVCC/CVN

Nuage Rose a grandi dans le Nord Vietnam en pleine guerre contre les Américains (1945-1975). Dans ce livre, elle raconte, à travers ses yeux d’enfants, le quotidien difficile de ces années-là, marquées par les bombardements, la faim et la misère. Mais davantage que la souffrance de la guerre, l’ouvrage dit beaucoup sur la société vietnamienne de l’époque, et sur la difficulté pour une petite fille de la ville, jugée maigre et trop masculine, de grandir en campagne sous les moqueries et le mépris d’une grande partie de son entourage. Troisième fille de ses parents, alors que tout le monde espérait qu’elle serait un garçon, elle confie : "La guerre, j’en ai souffert comme tout le monde. Mais j’ai surtout souffert d’être la fille de trop, qui n’avait pas sa place, qui était moche, qui ne ressemblait à personne, qui avait tout faux".

Une enfance en pleine guerre

Quand elle raconte les raisons qui l’ont poussée à revenir sur cette période lointaine, Nuage Rose révèle que l’envie d’écrire lui est venue après un séjour à l’hôpital : "Écrire a été ma thérapie. J’ai eu besoin de faire une déclaration d’amour à mon père, ce que je n’avais jamais fait".

Pendant la guerre, le père de l’auteur était un super héros pour les trois nuages. Il n’a jamais oublié le sort de ses trois filles malgré son quotidien surchargé de médecin de guerre.

"C’était un homme exceptionnel, il était entier, honnête et impartial. Surtout, c’était un homme sans concession, comme il y en a peu". Aussi, l’auteur raconte son amour pour son grand-père maternel, grand francophile, qui lui a transmis sa passion pour la langue française, et qui lui a permis de s’ouvrir sur le monde.

Couverture du livre "Trois Nuage au pays des nénuphars".
Photo : CTV/CVN
Souvenir des bombardements

Dans ce livre, la petite histoire se mêle à la grande. Parmi les évènements majeurs vécus par l’auteur, l’intense bombardement de la capitale du Vietnam du 11 octobre 1972 retient particulièrement l’attention du lecteur. Un raid aérien d’une rare violence frappe le quartier de la gare (le bâtiment officiel de la représentation française sera notamment intentionnellement ciblé par les américains, en représailles d’une étude publiée par un professeur de géographie français, à propos des conséquences des bombardements américains sur des digues du Nord Vietnam). Le bilan matériel et humain est considérable. Ce jour-là, Nuage Rose et sa famille échappent à la mort et ne peuvent que constater les dégâts.

Quand on l’interroge sur le ressentiment que les Vietnamiens pourraient légitimement avoir vis-à-vis des Américains, elle met en avant la "capacité des Vietnamiens à pardonner. Il n’y a aujourd’hui pas de haine envers eux". Cependant, l’auteur insiste sur le fait que la relation des Vietnamiens avec les Américains est très différente de celle avec les Français, avec qui le Vietnam conserve une proximité culturelle et sentimentale particulière.

Quand elle se souvient du Vietnam de son enfance, Nuage Rose répond avec beaucoup d’honnêteté : "J’ai une part de nostalgie. Je regrette non pas la misère (même si aujourd’hui, dès qu’on sort des grandes villes, la pauvreté est toujours là) ni la guerre bien sûr. Selon moi, on a perdu le sens du partage, cet amour de nos semblables. Je trouve que ces valeurs ne sont plus autant présentes dans la société d’aujourd’hui".

Plusieurs projets à venir

Trois Nuage au pays des nénuphars est son premier livre, mais au moment d’évoquer son futur, l’auteur explique qu’elle ne compte pas s’arrêter là. Elle révèle d’abord qu’un projet d’adaptation au cinéma est en cours. Par ailleurs, Nuage Rose nous apprend qu’un deuxième livre est en préparation. Celui-ci racontera la suite de son histoire personnelle, après la réunification du pays en 1975 : "Ce deuxième livre, dont la rédaction est bien avancée, sera moins en résonnance avec la grande Histoire. J’y raconte ma rencontre amoureuse avec un Français. À cette époque, c’était très mal vu".

Nuage Rose partage aujourd’hui son temps entre le Vietnam, où vivent ses enfants, et la France, où elle s’est installée il y a de nombreuses années. Lorsqu’elle revient dans son pays natal, elle aime sillonner les lieux de son enfance, pour se replonger dans le passé d’un Vietnam que les plus jeunes ne connaissent pas...
 
Lucas Le Roux/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Le tourisme vietnamien séduit les Bangladais Les voyagistes vietnamiens devraient accorder plus d'attention au marché bangladais, tout en favorisant la coopération avec des partenaires bangladais pour concevoir des circuits touristiques adaptés aux Vietnamiens et aux Bangladais, a déclaré l’ambassadeur du Vietnam au Bangladesh, Trân Van Khoa.