10/12/2019 08:31
De nombreuses écoles ont été construites dans les régions montagneuses sur l’ensemble du pays. Un projet moteur qui favorise la scolarisation des élèves en situation difficile.
>>Les droits de l’enfant au cœur de nos préoccupations
>>Des progrès dans la mise en œuvre des droits de l’enfant

Cérémonie d’inauguration de Ngai Thâu, antenne de l’École maternelle de Dên Thàng, province de Lào Cai (Nord). Photo : LC/CVN

À Ngai Thâu, nouvelle antenne de l’école maternelle de Dên Thàng, province de Lào Cai (Nord), la joie se lit sur les visages des enseignants et des élèves. Inauguré il y a peu, cet établissement possède deux salles de classe, deux toilettes, le bureau des enseignantes, une cuisine… Cependant, pour les petits, c’est la cour d’école qu’ils préfèrent.

Ngô Anh Tuân, fondateur du club "Mùa dông âm", a fait savoir que cette antenne fut construite une première fois en bois et s’est effondrée à cause des crues en juin 2018.

Une cinquantaine d’élèves devaient étudier dans une salle de classe étroite même lorsque la température chutait en-dessous de 0°. Sans électricité, le bureau des enseignantes était devenu un logement pour trois d’entre elles. La cour n’était qu’un terrain vague.

Des efforts qui portent leurs fruits

Face aux difficultés, les jeunes de "Mùa dông âm", en coopération avec l’Association des jeunes du district de Bat Xat, ont récolté 370 millions de dôngs pour sa reconstruction.

Le chantier qui a débuté en juillet 2018, fut très difficile en raison de glissements de terrain causés par les pluies et les crues. Du centre de la commune de Dên Thàng au village de Ngai Thâu, le trajet de 10 km était semé d’éboulements, de tronçons serpentés… Cependant, grâce aux efforts fournis, l’école a été inaugurée fin 2018.

La nouvelle école sera un moteur pour les enseignantes et les élèves. "Elle permettra de faire face aux conditions climatiques inclémentes de la région montagneuse de Ngai Thâu où parmi 83 foyers, 93 % sont  pauvres",  a partagé Trân Thi Vân, directrice de l’école maternelle de Dên Thàng.

"Mùa dông âm", un fonds humanitaire à but non lucratif, vise à améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves dans les régions reculées. "Il y a treize ans, en arrivant dans cette région septentrionale reculée, j’ai été marqué par le souvenir d’une fillette avec peu de vêtements, une blessure au pied qui s’amusait en portant un bébé sur son dos", se souvient Ngô Anh Tuân.

Après être retourné à Hanoï, il décide de créer une collecte de vêtements, livres et de fonds afin de reconstruire l’école en faveur des enfants défavorisés. Jusqu’à présent, "Mùa dông âm" est venu en aide à 13.000 élèves en situation difficile dans les provinces du Nord : Hà Giang, Cao Bang, Lào Cai et Quang Binh (Centre)… Le projet de construction de toilettes a été déployé dans sept internats afin d’améliorer les conditions d’hygiène des élèves et notamment des filles.

Une volonté philanthropique

La joie se lit sur les visages des élèves à Ngai Thâu. Photo :  CTV/CVN

Le fondateur du club "Mùa dông âm" estime que ces dernières années le secteur éducatif et les autorités locales ont mis l’accent sur les investissements dans la construction de salles de classe et d’écoles dans les régions montagneuses. Pourtant, ces efforts sont loin d’être suffisants car de nombreuses antennes nécessitent de l’aide et des moyens financiers.

Actuellement, il est impossible de recenser le nombre de clubs et mécénats qui agissent en silence. Néanmoins, "Dep tô ong", "Câu Giây yêu thuong" (Hanoï), "Chung Tay" (Bac Ninh, Nord), "Pour les enfants des régions montagneuses" (Thanh Hoa, Centre), "Ban thuong nhau" (Dà Nang, Centre)…continuent de mobiliser des fonds pour construire des établissements scolaires.

C’est à l’occasion du 10e Festival des jeunes avancés du Centre et des hauts plateaux du Centre, organisé à Nghê An, que les membres de "Ban Thuong nhau" se sont rencontrés. Ces volontaires ont proposé de s’unir autour d’une action humanitaire.

Depuis huit ans, ils viennent en aide à des enfants en situation difficile des provinces de Quang Nam, Quang Ngai, Quang Binh, Quang Tri (Centre) et Kon Tum (hauts plateaux du Centre).

Jusqu’à ce jour, ils ont été amenés à construire des antennes grâce à un capital d’investissement de 500 à 600 millions de dôngs sans compter les programmes tels que "Les repas dans les régions montagneuses", "Les petites hirondelles des hautes régions". "Ce qui me motive dans la poursuite de ces travaux est l’énergie des enseignantes qui se sont sacrifiées afin de soutenir l’éducation dans les régions montagneuses", a partagé le représentant du club "Ban thuong nhau".

Huong Linh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Têt : branle-bas de combat au village de fleurs de Sa Déc À l’approche du Têt traditionnel, le village des fleurs de Sa Déc, province de Dông Thap (Sud), entre dans une période très affairée. Les quelque 2.000 foyers producteurs mettent les bouchées doubles pour répondre aux nombreuses commandes.