29/03/2020 17:51
L’épidémie de coronavirus affecte lourdement les exportations agricoles vietnamiennes vers la Chine, son plus grand client. Certaines entreprises domestiques ont donc décidé de transformer leurs produits pour mieux les conserver et les vendre.
>>Le COVID-19 plombe les exportations vietnamiennes de noix de cajou
>>Les États-Unis, marché potentiel pour les fruits vietnamiens
>>Plus de 5,3 milliards d'USD d'exportation de produits agricoles en deux mois

Le "roi des baguettes" vietnamien Kao Siêu Luc avec son pain à base de fruits de dragon.
Photo : CTV/CVN

La nécessité est mère de l'invention ! Aux premiers jours de l’épidémie de coronavirus en Chine, les frontières entre les deux pays ont été fermées. Les exportations de fruits, notamment des fruits du dragon et des pastèques, étaient impossibles. Le "roi des baguettes" vietnamien Kao Siêu Luc et la société agroalimentaire saïgonnaise Duy Anh ont alors créé des baguettes, des galettes et des vermicelles à base de fruits du dragon et de pastèques. Ces nouveaux produits alimentaires aussi délicieux qu’originaux ont immédiatement séduit les consommateurs vietnamiens.

Lê Duy Toan, directeur de la société agroalimentaire Duy Anh, explique : "Avant l’épidémie, nous n’exportions que des produits alimentaires à base de riz. Le fait d’ajouter des fruits dans nos ingrédients de base nous a permis de créer des produits uniques. Notre clientèle est ravie. En ce moment, les commandes venant de l’étranger sont plus nombreuses que pour la même période en 2019".

Implantée dans la province de Dông Nai (Sud), la coopérative agricole Xuân Dinh exporte essentiellement des durians et des ramboutans.

Pour combler les impacts de la crise sur les exportations, l’entreprise a décidé d’introduire sur le marché national des glaces au durian et de vendre des ramboutans en conserve, explique sa directrice Dang Thi Thuy Nga.

"La récolte est bonne mais le prix baisse. Pour mettre fin à cette situation, les agriculteurs se tournent maintenant vers les entreprises qui peuvent transformer leurs produits. Aujourd’hui, le rendement s’améliore mais l’écoulement est plus difficile".

Production des vermicelles à base de pastèques.
Photo : CTV/CVN

Les légumes et les fruits sont des denrées périssables et leur conservation est la problématique majeure des entreprises. Si la transformation est l’une des façons de bien conserver les produits, la diversification permet d’en augmenter la valeur ajoutée.

Dang Phuc Nguyên, secrétaire général de l’Association des producteurs de légumes et fruits du Vietnam, encourage les entreprises domestiques à investir dans la transformation alimentaire pour mieux exporter leurs produits.  Nguyên Hông Son, directeur de l’Institut des sciences agricoles du Vietnam, partage son point de vue :

"Le gouvernement favorise la transformation agricole. Les entreprises doivent moderniser leur chaîne de production et investir dans des entrepôts pour stocker leurs produits pendant les périodes de surproduction. Aujourd’hui, alors que la demande de boissons à base de fruits est élevée, peu d’entreprises vietnamiennes se sont lancées dans ce créneau".

L’agriculture nationale s’oriente aujourd’hui vers une production industrielle. Elle envisage, dans cette perspective, de créer de grandes zones d’approvisionnement de matières premières et de réunir les petites exploitations agricoles en des coopératives puissantes et performantes. L’Assemblée nationale a adopté la loi sur l’agriculture et le gouvernement entend prendre de nouvelles mesures pour favoriser le développement de l’industrie agroalimentaire.

Le Vietnam s’est fixé pour objectif de pouvoir, dans les plus brefs délais, transformer 25% de sa production agricole, l’équivalent à 6 millions de tonnes de légumes et fruits par an.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Post-COVID-19 : le delta du Mékong redynamise le tourisme L’Association du tourisme du delta du Mékong a lancé récemment à Cân Tho un programme promotionnel afin de relancer le secteur touristique local, sévèrement frappé par la pandémie de coronavirus.