09/04/2020 01:46
Pour de nombreuses personnes, les ordures ne sont que des déchets, nuisibles à l'environnement et à la santé. Mais Bùi Thi Bich Ngoc, directrice de la Sarl des biotechnologies Fuwa3e, ne le pense pas. Elle a ainsi pu transformer des pelures de fruits en produits nettoyants bio.
>>Un jeune pêcheur lutte contre la pollution marine
>>Trân Minh Tiên: la passion de l’écologie
>>Vo Trong Dinh avec un projet pour l’environnement Ecobricks

La directrice de la Sarl des biotecnologies Fuwa3e, Bùi Thi Bich Ngoc, cherche à transformer des pelures de fruits en produits nettoyants bio.

Photo : PN/VNA/CVN


Bùi Thi Bich Ngoc est née à Thanh Hoa, une province où les cultures d'ananas sont les plus importantes du Nord. Chaque jour, des dizaines de tonnes de peaux sont déversées dans l'environnement. Non traitées, elles se décomposent et créent de mauvaises odeurs, polluent les aquifères, affectant l'environnement ainsi que la santé des habitants.

Soucieuse de cette situation, Bùi Thi Bich Ngoc a recherché des solutions. Elle s’est penchée sur les recherches du Docteur Rosukon Poompanvong, qui depuis  30 ans étudie les éco-enzymes. Par la méthode du trempage manuel et de la fermentation naturelle, ce Thaïlandais a pu créer des produits bio, bons pour l'environnement et aussi pour la santé humaine.

"Je trouve que l'ananas est la meilleure matière première pour fabriquer des produits de nettoyage bio", raconte-t-elle. Elle a décidé de démarrer son projet de start-up en mettant au point à titre expérimental un liquide de nettoyage bio à base de peaux d'ananas, mais aussi d’autres fruits riches en vitamines et huiles tels qu'oranges, citrons, pamplemousses...

"Bien que je ne sache rien des biotechnologies, j'ai quand même essayé de poursuivre mon projet. J’ai lu toutes sortes de documents concernés, puis j’ai ramassé les écorces des fruits et ensuite je les ai traitées. Beaucoup de gens m’ont dit que c'était une idée folle, irréaliste", confie-t-elle.

Après deux ans et des dizaines d'études expérimentales ratées, début 2019, Ngoc a officiellement introduit ses premiers produits sur le marché, avec quatre gammes de produits nettoyants pour les sols, la vaisselle, les mains et l'enzyme de marque Fuwa3e. Des produits ne causant pas de pollution et, surtout, non nuisibles à la santé.

Surfer sur la vague
de la "consommation verte"


Les  produits nettoyants en général et ceux utilisés dans la vie quotidienne en particulier sont depuis longtemps indispensables. Cependant, la plupart sont fabriqués par des méthodes industrielles et comprennent des produits chimiques polluants.

Certains produits nettoyants sont organiques mais pour la plupart importés, et donc chers. Ceux de la sarl Fuwa3e sont appréciés par les clients grâce à leur qualité et, surtout, leurs prix raisonnables.

Actuellement, les produits de lavage des mains, de vaisselle et de nettoyage des sols de Fuwa3e sont vendus dans de nombreux magasins et supermarchés de certaines provinces et villes telles que Hanoï, Thanh Hoa,
Dà Nang (Centre)... La société développe également ses ventes via les plateformes d’e-commerce telles que Tiki et Sendo. En moyenne, elle lance plus de 10.000 produits chaque mois, pour un chiffre d'affaires de plus de 200 millions de dôngs.

Parlant du plan dans un futur proche, Bich Ngoc a déclaré que sa société fabriquerait davantage de produits à base d'ananas sous la marque Fuwa3e. Parallèlement, elle diffusera largement la technologie des éco-enzymes dans la communauté,  et poursuivra ses recherches sur le recyclage de nouveaux types de déchets.

L’Institut Pasteur de Hô Chi Minh-Ville a reconnu un taux bactéricide de 98% chez les produits nettoyants Fuwa3e. Le Département de la propriété intellectuelle du Vietnam leur a aussi délivré le certificat d'enregistrement de marque.

 
Phuong Mai/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam accueille 3,73 millions de touristes étrangers en cinq mois Le nombre total de touristes étrangers venus au Vietnam entre janvier et mai a régressé de 48,8% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO).