10/02/2020 22:54
La tempête Ciara qui a balayé un grand tiers Nord de la France privait encore 130.000 foyers d'électricité lundi matin 10 février, provoquant aussi de multiples annulations ou retards de trains ainsi que des perturbations du trafic aérien sur les aéroports de Bâle-Mulhouse et Strasbourg.
>>La "tempête du siècle" frappe le Royaume-Uni
>>France : 35 départements placés en vigilance orange

À Wimereux, dans le Nord-Pas-de-Calais, le 9 février, pendant le passage de la tempête Ciara. Photo : AFP/VNA/CVN

Météo-France a levé lundi 10 février à 09h00 son alerte orange pour six nouveaux départements (Aisne, Calvados, Eure, Loire-Atlantique, Nord et Oise) après l'avoir déjà levée pour huit autres dont ceux de l'Île-de-France trois heures plus tôt. L'alerte est en revanche maintenue pour 26 départements allant du Finistère au Territoire de Belfort ainsi que pour la Corse.

Selon Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d'électricité, les régions les plus touchées par les coupures sont la Bretagne, la Normandie, les Hauts-de-France, le Grand Est, l'Île-de-France et le Centre. Dans le Grand Est, outre le dégagement de nombreux arbres couchés sur les chaussées, les pompiers, intervenus à des centaines de reprises, ont signalé des toitures envolées ainsi que des lignes électriques tombées à terre, mais pas de blessés. La préfecture de Meurthe-et-Moselle a suspendu les transports scolaires pour toute la matinée dans le département compte tenu "des nombreuses interventions en cours sur le réseau routier".

Toiture arrachée

La circulation des trains est également "fortement perturbée" avec des TGV retardés, de nombreux TER supprimés et des lignes interrompues par des chutes d'arbres sur les voies. Elle l'est également en Normandie, où plusieurs petites lignes SNCF (Rouen-Dieppe, Lisieux-Trouville-Deauville, Caen-Le Mans-Tours...) sont coupées et des cars de substitution affrétés.

Dans les airs, une cinquantaine de vols ont été annulés ou retardés à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, ainsi que plusieurs vols à Caen, Lille ou Brest, affectant des milliers de passagers, quand celui de Beauvais a suspendu tout trafic jusqu'à 07h00 lundi matin 10 février. À l'aéroport de Bâle-Mulhouse, 17 vols sont également annulés lundi 10 février. Des annulations sont également prévues à l'aéroport de Strasbourg.

Un kite-surfer profite du vent très soutenu à Wissant, dans le Nord de la France, le 9 février. Photo : AFP/VNA/CVN

À Paris et dans les départements de la petite couronne, les pompiers ont effectué plus de 300 interventions depuis les premières rafales de vent dimanche matin, pour des chutes d'objets mal arrimés ou de branchages pour l'essentiel. Mais un quadragénaire s'est tué en chutant de sa trottinette dimanche après-midi 9 février à Drancy (Seine-Saint-Denis), un accident qui pourrait être lié aux rafales de vent, selon la police.

À Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), 150 m² d'une toiture d'école ont été soufflés, et à Vogelsheim (Haut-Rhin), une centaine de pompiers étaient mobilisés par l'incendie d'une scierie dont "les flammes sont constamment attisées par le vent", selon les secours. Dans le Haut-Rhin, les rafales ont culminé à 177 km/h en montagne, sur le Markstein.

Rafales de 200 km/h

En Moselle, des écoles ont gardé portes closes à Henriville, Tenteling, Grundvillers et Heckenrauchbach en raison de coupures de courant. Le vent devait commencer à faiblir en début de matinée dans le nord de la France mais se renforcer progressivement sur les Alpes ainsi qu'en Corse où les rafales devraient atteindre près de 200 km/h au plus fort dans la nuit de lundi 10 février à mardi 11 février.

Le littoral fait lui l'objet d'une alerte "vagues-submersion" depuis l'estuaire de la Loire jusqu'aux plages du Nord, les forts coefficients de marée renforçant le risque. Dans la Manche, le trafic des ferries entre Calais et Douvres, suspendu dimanche 9 février, a repris lundi matin 10 février malgré la mer agitée. Les liaisons entre Poole et Cherbourg ou Dieppe et Newhaven avaient elles aussi été annulées dimanche 9 février.

À Wimereux (Pas-de-Calais), où des amateurs de glisse sont sortis en mer, les sauveteurs de la SNSM ont dénoncé des comportements "inconscients", ne respectant pas les "appels à la prudence les plus élémentaires". "C'est impressionnant, la marée haute couplée à la force du vent entraîne des gerbes qui passent jusqu'à deux mètres au-dessus de la digue", a déclaré Pierre, venu comme de nombreux badauds observer la tempête sur le front de mer.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Khanh Hoà reste une destination conviviale et attrayante L’infection respiratoire aiguë causée par une nouvelle souche de virus Corona (épidémie de COVID-19) a affecté le tourisme du Vietnam en général et de Khanh Hoà en particulier.