29/06/2014 10:20
La drogue n’est plus un jeu. Toute la communauté doit œuvrer à la lutte contre ce fléau qui continue de faire des ravages et cause la mort prématurée de nombreux jeunes.

Lors d’un séminaire consacré au traitement de la toxicomanie sur une base communautaire, organisé récemment à Hô Chi Minh-Ville, Zhuldyz Akisheva, directrice de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) au Vietnam, a déclaré : «Le Vietnam dispose actuellement d’un cadre juridique solide pour supporter les soins et le traitement des toxicomanes, mais ses mécanismes et politiques n’ont pas été encore appliqués parfaitement dans la réalité».

Soins aux toxicomanes à Vinh Phúc (Nord). Photo : Anh Tuân/VNA/CVN


D’après elle, il faut davantage d’investissements et de modèles efficaces pour prendre des mesures de désintoxication volontaire des toxicomanes. Sans oublier que la participation de toute la population est très importante dans la lutte contre les stupéfiants ainsi que dans la réinsertion sociale des toxicomanes.

Des chiffres inquiétants

Toujours selon la représentante de l’ONUDC, les toxicomanes ont besoin d’un environnement amical de la communauté plutôt que de la stigmatisation et de la discrimination. Par conséquent, il importe d’établir des chaînes de services spécifiques, divers, accessibles et à faible coût, pour eux et leurs familles. Les interventions médicales, les soins et les traitements devraient être mis en œuvre sur la base de la volonté et d’un accord des patients après qu’ils en aient été pleinement informés.

Selon le rapport du Comité national pour la prévention et la lutte contre le sida, la toxicomanie et la prostitution, jusqu’en décembre 2013, le Vietnam comptait plus de 180.000 usagers de drogues gérées, soit une augmentation de 5% par rapport à l’année précédente. Toutefois, le nombre réel de toxicomanes est plus élevé, parmi lesquels les héroïnomanes qui représentent 75% des cas, suivis par les consommateurs de drogues de synthèse (10%), d’opiacés (7%), de cannabis (1,7%)... L’injection intraveineuse des héroïnomanes est une des principales causes de contamination par le VIH/Sida au Vietnam.

Résultats encourageants de Hô Chi Minh-Ville

Le pays dénombre une soixantaine d’établissements de santé dans une trentaine de villes et provinces appliquant le traitement à la méthadone et 14.000 toxicomanes en bénéficient. Photo : Doan Tân/VNA/CVN


Le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville a demandé au Service municipal de la santé d’élaborer un projet en vue d’étendre le traitement préventif des héroïnomanes dépendants à la méthadone pour la période 2014-2016.

Le Comité populaire municipal a aussi demandé au Service du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales de coopérer avec celui de la santé dans la mise en œuvre de ce traitement (gratuit et/ou payant) aux centres de consultation et de désintoxication (CCD). Il s’agit d’identifier les patients pouvant bénéficier gratuitement ou non de ces soins.

Le Vietnam compte actuellement 74 établissements de désintoxication à la méthadone répartis dans 25 provinces, et 14.785 patients. D’ici à 2015, le pays espère traiter 80.000 toxicomanes à la méthadone.

C’est depuis mai 2008 que ce programme a été lancé à Hô Chi Minh-Ville dans trois arrondissements pour soigner 750 opiomanes. Les résultats sont remarquables : réduction du risque de transmission du VIH, baisse du nombre d’opiomanes, diminution de la mortalité.

Depuis mai 2012, la ville a vulgarisé le programme pour la période 2012-2015. Elle a prévu d’ouvrir en plus deux CCD et douze antennes assurant la distribution de la méthadone dans quatorze arrondissements.

Quang Châu/CVN

Méthadone

• La méthadone est un opioïde analgésique synthétisé en 1937 par les Allemands Max Bockmühl et Gustav Ehrhart de chez I.G. Farben qui cherchaient un analgésique qui serait d’un emploi plus aisé au cours d’une intervention chirurgicale et ainsi d’avoir moins de potentiel d’addiction.
• La méthadone est utilisée depuis 1960 comme substitut des opiacés chez les consommateurs d’héroïne sous l’impulsion de Vincent Dole.
• En tant qu’analgésique narcotique, la méthadone est utilisée pour soulager des douleurs sévères.
• Suivant les législations en vigueur par pays, la prescription médicale de méthadone peut être soumise aux lois sur la prescription de substances psychotropes.
• Ce traitement doit son essor aux épidémies dues aux virus du sida, des hépatites C ou B, car il permet d’éviter les injections ou les blessures par les pailles de snif (pour priser) et donc de limiter la diffusion des maladies. Ainsi, il y a une baisse notable du nombre de nouveaux cas de séroconversions pour le VIH chez les personnes sous traitement substitutif.

(Source : Wikipédia)






Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.