24/02/2020 15:38
Due aux conséquences du COVID-19, la ville balnéaire de Nha Trang (province de Khanh Hoà, Centre) rencontrait récemment une période creuse en termes de tourisme. Heureusement, depuis quelques jours, les touristes reviennent dans la région et l’activité économique de la ville reprend peu à peu son cours.
>>Khanh Hoà reste une destination conviviale et attrayante
>>La baie de Vân Phong, une merveille de la nature à Nha Trang
>>Khanh Hoà accueille son 3,5 millionième visiteur étranger

Le temps à Nha Trang est tout à fait idéal, ce qui fait d’elle une destination de vacances d'hiver plébiscitée par les voyageurs occidentaux.

Pour rappel, Nha Trang était la première localité du pays à être touchée par le coronavirus. Cependant, lors d'une récente réunion du Comité de pilotage national pour la prévention et le contrôle du COVID-19 à Hanoï, le vice-ministre de la Santé, Dô Xuân Tuyên, a déclaré que la province de Khanh Hoà, était éligible pour annoncer la fin de l'épidémie.

Actuellement le temps à Nha Trang est tout à fait idéal, ce qui fait d’elle une destination de vacances d'hiver plébiscitée par les voyageurs occidentaux. Des touristes étrangers à Nha Trang viennent majoritairement de Russie et des pays européens.

L’inquiétude n’est désormais plus au rendez-vous et les familles n’hésitent pas à emmener les enfants à la plage. Selon une enquête du Courrier du Vietnam, les touristes profitent du bord de mer pour nager, se promener, bronzer... La peur de l’épidémie ne semble plus être d’actualité.

Destination prisée 

Malgré cette période sensible, un couple de Français Piequet n’a pas annulé pour autant leur séjour au Vietnam.

Le couple de Français Piequet à l'hôtel Amber à Nha Trang.

Depuis le 18 janvier, ils se sont rendus sur la plupart des grands sites touristiques célèbres dans l'ensemble du pays : Hanoï, la grotte Phong Nha à la province de Quang Binh, la cité impériale de Huê, l’ancienne ville de Hôi An (province de Quang Nam) dans le Centre et la ville de Dà Lat dans la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre). Pour le couple Piequet, il n’y a aucune crainte à faire leur voyage au Vietnam car il n’y a pas encore d’épidémie.

"L’épidémie est en Chine, il n’y en pas au Vietnam. La Chine est très loin", a partagé Bertrand Piequet, avant d’ajouter : "Les Vietnamiens ont-ils plus peur que les Européens. À la suite de nos quatre jours à Nha Trang, nous continuerons jusqu’au mois de mars notre itinéraire à Hô Chi Minh-Ville et sur l’île de Phu Quôc", a-t-il conclu.

La clientèle russe fidèle au poste

Malgré cette période de crise, une compagnie touristique spécialisée dans la clientèle russe, enregistrait mensuellement plus de 36.000 touristes russes à Nha Trang. En février, durant le pic de l'épidémie, le nombre de visiteurs n'avait que légèrement diminué et s’élevait à plus de 34.400 personnes.

Des touristes étrangers à Nha Trang viennent majoritairement de Russie et des pays européens.

Plus surprenant encore, pour le mois de mars, les touristes russes qui ont réservé un voyage au Vietnam en mars représentent  37.253 passagers. Rien qu'au premier trimestre, la société a attiré plus de 108.000 touristes russes à cette ville balnéaire.

Les données du Service du tourisme de Khanh Hoà montrent qu'en 2019, la province a accueilli près de 463.000 voyageurs russes, soit une augmentation de plus de 4,5% par rapport à 2018 ; représentant 71,6% du total des touristes russes au Vietnam. En janvier dernier, elle a reçu plus de 50.000 Russes.

Dans nombre de localités, le pays connaît une baisse importante du secteur touristique en raison de l'épidémie de COVID-19. Actuellement, les chiffres d’affaires de la plupart des voyagistes, restaurants et hôtels chutent de 70%-80%.

Une cliente étrangère dans un supermarché VinMart à Nha Trang.

À l'heure actuelle, les sites de Khanh Hoà restent ouverts malgré le renforcement des mesures de prévention des épidémies afin d’assurer la sécurité des touristes. D’après les statistiques sur l’afflux touristique de cette province, les touristes russes se positionnent toujours au second rang après les Chinois.

Face à cette chute libre du nombre de touristes internationaux, la plupart des hôtels à Nha Trang font face à plusieurs difficultés. Nécessitant plus de 70 milliards de dôngs d’investissement, l’hôtel de 3 étoiles Amber, qui a ouvert en décembre dernier, s’inquiète du nombre croissant d’annulations. "Cependant, je garde espoir et j’espère que mes 44 chambres seront remplies prochainement", a partagé la patronne Huong Liên.

Selon Nguyên Duy Linh, responsable de l’Office de douane de l’aéroport internationale de Cam Ranh, le nombre quotidien de vols aller-retour en compte actuellement d’une quarantaine, en baisse de plus de 90 auparavant.

Texte et photos : Thanh Tuê/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.