19/02/2019 17:17
Deux victoires en deux jours: Alexey Lutsenko, déjà vainqueur du Tour d'Oman de l'année dernière, a confirmé lundi 18 février sa domination, en s'imposant une nouvelle fois, entre Shati Al Qurum et Qurayyat, s'emparant au passage du maillot rouge de leader.
>>Tour de Colombie: Miguel Angel Lopez remporte la 2e édition
>>Tour de La Provence: victoire de l'italien Filippo Ganna (Sky) sur la 1re étape

Le Kazhake Alexey Lutsenko remporte la 3e étape du Tour d'Oman le 18 février. Photo: AFP/VNA/CVN

Déjà victorieux dimanche 17 février dans les collines d'Al Bustan, il s'est cette fois illustré dans la plus longue étape de la course (192,5 km), devançant Jesus Herrada et Greg Van Avermaet.

Au général, il détrône Alexander Kristoff, en tête depuis le début de la course, mais lâché ce lundi dans la dernière ascension. Le Norvégien est désormais 30e au général, à 4 min 21 du Kazakh.

"C'est une nouvelle fois une belle journée pour moi. Pour sûr je suis heureux, pour moi mais aussi ma famille et mon équipe", s'est félicité Lutsenko à sa descente du podium, où il a endossé également le maillot vert du classement par points.

"Aujourd'hui il y avait beaucoup de vent, beaucoup de stress avec les bordures. Dans les 30 derniers kilomètres, mes équipiers ont fait un énorme travail pour me protéger et me maintenir en tête. Pour moi, tout s’y est passé parfaitement. Je suis resté dans la roue de Greg Van Avermaet, que j’avais ciblé comme étant le favori de cette étape, et j’ai su placer mon attaque au bon moment. Après, jusqu’au sommet, j’étais à fond".

Concernant son avenir dans cette course et sa possibilité de réaliser le doublé comme l'avait fait Chris Froome en 2013 et 2014, le Kazakh ne souhaite pas trop s'avancer.

"On verra comment cela se passe pendant l’ascension de la Montagne Verte, mercredi 20 février. C’est une montée très difficile, très sélective. Il va falloir être très fort si je veux garder le maillot de leader".

Deux Français dans le top 10 

Comme les autres jours, l'étape s'est une nouvelle fois jouée dans les derniers kilomètres. L'échappée du jour, partie encore une fois juste après le départ mais cette fois avec 10 hommes à bord, a été reprise par le peloton après avoir pourtant compté plus de 6 minutes d'avance.

Le vent est venu plusieurs fois jouer les perturbateurs, provoquant plusieurs cassures au sein du peloton au niveau des deux dernières ascensions du jour.

Alors que les coureurs se sont présentés groupés à l'entame de la dernière montée de Qurayyat, Lutsenko a lancé l'attaque pour s'imposer en costaud sur la ligne, avec une quinzaine de mètres d'avance sur ses poursuivants, prenant même le temps de lever les bras au ciel pour exprimer sa joie.

Parmi les Français, Quentin Pacher et Elie Gesbert ont réussi à se classer dans le top 10 aussi bien de l'étape que du général.

"Il y avait un petit vent de côté à 10 kilomètres de l'arrivée, donc j'ai eu la chance d'avoir un coéquipier de luxe, qui était André Greipel pour me placer dans la bordure au bon moment. Je suis arrivé idéalement placé au pied de la bosse", a expliqué peu après la course Elie Gesbert, 23 ans, meilleur Français au général, en 8e position à 34 secondes du leader.

Mardi 19 février, c'est une nouvelle étape bosselée qui attend les coureurs, avec pas moins de cinq ascensions, dont trois fois la montée de Jabal Street, une côte à 6,8%. Le parcours de cette quatrième étape, d'une longueur de 131 km, s'étendra de Yiti (Al Sifah) au Centre de convention et d'exposition de Mascate. L'arrivée en ligne droite et plate pourrait donner à quelques sprinteurs l'occasion de s'illustrer à nouveau.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Prix bas pour rencontres riches Ces dernières années, le fait de passer ses nuits en dortoir est devenu une pratique de plus en plus répandue parmi les visiteurs à Dà Nang. Explications.