18/07/2021 15:06
Un Belge roi du chrono : Wout van Aert s'est adjugé le second contre-la-montre du Tour de France, samedi 17 juillet, à Saint-Emilion, à 24 heures du triomphe annoncé du Slovène Tadej Pogacar à Paris.
>>Tour de France : pour les pois, Pogacar refait le coup de 2020
>>Tour de France : Pogacar gagne au sommet du Portet

Le Belge Wout van Aert vainqueur de la 20e étape du Tour de France, un contre-la-montre de 30,8 km entre Libourne et Saint-Emilion, le 17 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Huitième de l'étape, Pogacar (UAE) a fait moins bien que son dauphin au classement, le Danois Jonas Vingegaard (Jumbo), troisième de cette 20e étape.

Seule conséquence, le tenant du titre a vu son avance se réduire à... 5 min 20 sec, l'un des écarts les plus importants de ces dernières années.

La troisième place du podium a été assurée par l'Equatorien Richard Carapaz (à 7 min 03 sec), le premier coureur de la puissante équipe Ineos qui a dominé la décennie précédente avant d'enregistrer déjà l'année passée une sévère défaite.

Le contre-la-montre, sous un soleil estival dans les vignobles réputés du Libournais et de Saint-Emilion, a laissé inchangé l'ordre des dix premiers du classement général. L'enjeu principal a tourné autour de la victoire d'étape, guignée par le Suisse Stefan Küng (4e) puis par le Danois Kasper Asgreen (2e), finalement devancé de 21 secondes par van Aert.

L'éclectisme de van Aert 

Le Belge, l'un des candidats à l'or olympique aux prochains JO de Tokyo, tant dans la course en ligne samedi prochain 24 juillet que dans le contre-la-montre ultérieur, s'est imposé pour la deuxième fois dans le Tour. Preuve de son éclectisme, il a gagné l'étape du Mont Ventoux le 7 juillet après avoir rivalisé avec son grand rival néerlandais du cyclo-cross, Mathieu van der Poel, durant la première semaine.

Le Belge Wout van Aert franchit la ligne d'arrivée de la 20e étape du Tour de France, un contre-la-montre de 30,8 km entre Libourne et Saint-Emilion, le 17 juillet. Photo : AFP/VNA/CVN

"C'était plus roulant que le premier chrono, davantage à mon avantage", a estimé van Aert, qui s'était classé 4e à Laval, le 30 juin, à 30 secondes de Pogacar.

Le Belge a souligné le bilan de son équipe Jumbo, qui a gagné trois étapes et placé la révélation danoise, Jonas Vingegaard, à la deuxième place du podium : "On n'était pas venu pour ça mais après la chute de Primoz (Roglic)..."

En trois participations, le champion de Belgique compte désormais cinq étapes à son palmarès. Des victoires acquises au sprint, en montagne ou maintenant dans un contre-la-montre. Ce qui revient à poser le sujet de sa transformation possible en coureur de classement général puisque van Aert, qui a couru dans les Pyrénées au service de Vingegaard, n'est âgé que de 26 ans.

"À ce stade ma carrière, ma priorité est de remporter les classiques qui manquent encore à mon palmarès", a estimé le Belge, vainqueur notamment de son premier "monument" l'an passé (Milan-Sanremo) et de courses telles que Gand-Wevelgem et l'Amstel Gold Race au printemps.

Coup double ou record sur les Champs-Élysées ? 

"Je ne serai pas pour autant le favori du contre-la-montre des JO", a ajouté van Aert. "Aujourd'hui, c'était plat pour l'essentiel. À Tokyo, il y aura 700 m de dénivelé. Mais ma victoire, surtout avec cette chaleur, me donne confiance avant les JO".

Pour Pogacar, la journée dans le Bordelais a semblé une formalité, à l'opposé du contre-la-montre de La Planche des Belles Filles qui lui avait permis de détrôner Roglic l'an passé. Le Slovène, vainqueur du premier chrono à Laval, a terminé cette fois son parcours à 57 secondes de van Aert.

La 21e et dernière étape, qui se joue traditionnellement au sprint, est programmée dimanche 18 juillet entre Chatou, dans l'ouest parisien, et les Champs-Élysées. Pour le Britannique Mark Cavendish, déjà vainqueur à quatre reprises depuis le départ, c'est l'occasion de dépasser le Belge Eddy Merckx avec lequel il détient le record des 34 victoires d'étape.

À moins que van Aert fasse coup double devant le public parisien, admis seulement s'il présente un passe sanitaire. Interrogé sur ses ambitions, le Belge s'est dévoilé : "Oui, je veux gagner sur les Champs-Élysées !"
 
AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.