02/07/2021 21:24
Bis pour Mark Cavendish : deux jours après son premier succès, le Britannique s'est adjugé la 6e étape du Tour de France, jeudi 1er juillet à Châteauroux, sa 32e victoire qui le situe à deux succès du record d'Eddy Merckx.
>>Tour de France : Pogacar maîtrise le chrono
>>Tour de France : le grand retour de Cavendish

La joie du Britannique Mark Cavendish, vainqueur au sprint de la 6e étape du Tour de France, disputée entre Tours et Châteauroux, le 1er juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

À 36 ans, Cavendish a (presque) refermé la boucle. C'est à Châteauroux que le sprinteur numéro un de l'histoire, crédité d'un retour fracassant sous le maillot de l'équipe Deceuninck après plusieurs années en retrait, a inauguré son palmarès dans le Tour en 2008.

Cette fois, ses adversaires ont eu pour nom le Belge Jasper Philipsen (2e), gêné par une modification de trajectoire du Britannique, les Français Nacer Bouhanni (3e) et Arnaud Démare (4e), lequel s'est retrouvé privé de son lanceur (Guarnieri), à terre aux 3 kilomètres.

Dans ce sprint, le porteur du maillot jaune, le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin), s'est transformé en équipier pour ses sprinteurs, Jasper Philipsen et le Belge Tim Merlier. "J'ai fait ce que j'ai pu mais je crois qu'ils ont perdu ma roue. On a pu se remettre en place mais ça n'a pas suffi", a regretté +VDP+.

"Cavendish est juste le plus rapide en ce moment, c'est le problème", a constaté le Néerlandais au vu de ce sprint privé de l'Australien Caleb Ewan, vainqueur de cinq étapes lors des deux éditions précédentes et contraint à l'abandon sur chute lundi dernier.

L'attente de Bouhanni 

Dans l'interminable ligne droite finale (1.600m), Cavendish, vainqueur pour la 7e fois de l'année, a même fait le choix de ne pas suivre son "lanceur", le Danois Michael Morkov, avec lequel il a peu couru cette saison. Il s'est fié à son instinct pour débouler derrière Merlier et s'imposer nettement, sans encourir de sanction de la part des commissaires malgré son inflexion de trajectoire.

Interrogé évidemment sur le record des 34 victoires de Merckx, qui pourrait lui être accessible dans ce Tour -cinq autres sprints massifs sont envisageables jusqu'à Paris-, le natif de l'île de Man a répondu : "Je ne veux pas y penser. Je veux gagner une (étape) par une. Si je peux en gagner d'autres, je le ferai."

Le Britannique Mark Cavendish (gauche) s'impose au sprint, lors de la 6e étape du Tour de France, disputée entre Tours et Châteauroux, le 1er juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN 

Flashé à 73,5 km/h dans le sprint, la vitesse la plus élevée du jour (70,5 km/h pour Cavendish), Bouhanni a confirmé son retour au premier plan. Troisième puis deuxième des deux premiers sprints, le Vosgien a ajouté une nouvelle place d'honneur, sans cacher sa frustration.

"Avec vent dans le dos, celui qui lançait en premier avait l'avantage. Je suis revenu mais trop tard. J'espère en gagner une", a réagi le Français, qui court toujours après son premier succès dans le Tour.

L'insistance du champion olympique 

Cette étape de transition entre Touraine et Berry, sous le soleil de juillet, a été heureusement animée par le champion olympique de Rio, le Belge Greg van Avermaet, qui a lancé la journée sur des bases très élevées. Van Avermaet, rejoint par d'autres solides rouleurs (Asgreen, Politt, De Gendt, Kragh Andersen et Skujins notamment), a contraint les équipes de Démare et de Bouhanni à une vive poursuite sur quelque 25 kilomètres.

Le seul du groupe à insister, Van Avermaet a été rejoint par l'Allemand Roger Kluge. Le duo n'a obtenu qu'une marge réduite, de l'ordre d'une minute et demie, mais a tenu bon jusqu'aux 2500 derniers mètres dans cette étape qui représentait la dernière opportunité pour les sprinteurs avant les Alpes, surtout en l'absence du vent propice aux bordures.

Vendredi 2 juillet, la 7e étape, la plus longue de l'épreuve avec 249,1 kilomètres entre Vierzon (Cher) et Le Creusot (Saône-et-Loire), présente un final corsé, façon classique ardennaise, dans les 90 derniers kilomètres, à la veille d'attaquer les premiers cols.

"La journée va être très longue", a annoncé van der Poel, qui compte 8 secondes d'avance sur le vainqueur sortant, le Slovène Tadej Pogacar. "Je m'attends à une étape dure. Pogacar ne veut pas nécessairement le maillot jaune dès maintenant. Mais il y aura des tentatives, peut-être des coureurs du classement général".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Une reprise progressive des flux touristiques en vue Malgré un contexte mondial toujours en proie à la pandémie de COVID-19, la reprise du tourisme est aujourd’hui mise à l’agenda des États. Le Vietnam et les pays de l’ASEAN ont discuté ensemble d’une stratégie conjointe de réouverture.