04/09/2016 07:54
Le manque de lieux d’aisance est l’une des raisons pour lesquelles 70% des touristes étrangers ne souhaitent pas revenir au Vietnam. Mais en quatre ans, des efforts considérables ont été faits dans ce domaine.
>>Bac Giang met en avant ses atouts touristiques
>>Le tourisme national appelé à se remettre en question
>>Hanoï installe le wifi gratuit autour du lac Hoàn Kiêm
>>Vietnam, le 5e pays le plus heureux au monde

L’Administration nationale du tourisme a lancé il y a quatre ans un programme de développement touristique lié aux toilettes standardisées, avec de premiers résultats encourageants, selon le bilan de cette dernière. Des commodités standardisées sont en effet disponibles dans 707 des 1.193 sites touristiques du pays.

Le bilan souligne également que 14 provinces du pays ont achevé l’objectif d’équiper de toilettes aux normes l’intégralité de leurs sites touristiques. «Les investisseurs ont pris conscience de l’importance d’en installer», se félicite Hà Van Siêu, vice-directeur de l’Administration nationale du tourisme. La ville de Dà Nang (Centre) fait figure d’exemple. Elle recense une centaine de toilettes publiques, dont 90 sont installées dans les sites touristiques. D’autre part, plusieurs établissements commerciaux donnent accès gratuitement à leurs commodités, avec le logo «Comfort as home» (Le confort comme à la maison)  affiché en évidence sur leur devanture.

La ville de Dà Nang vient d’inaugurer des toilettes publiques gratuites financées par la banque Sacombank. Photo : CTV/CVN

Pour des commodités propres et accessibles

Le bilan est moins flatteur pour la capitale Hanoï, qui compte aujourd’hui 340 toilettes publiques. Mais souvent, les conditions d’hygiène ne sont pas assurées. «Mille supplémentaires seront construites», a assuré Nguyên Duc Chung, président du Comité populaire municipal, lors d’une conférence nationale sur le développement touristique récemment organisée à Hôï An (province centrale de Quang Nam).

Hô Chi Minh-Ville fait, elle, figure de mauvaise élève. Si la mégapole du Sud accueille chaque année des millions de touristes, trouver des toilettes - et propres de préférence-peut rapidement s’apparenter au parcours du combattant, notamment dans le 1er arrondissement, pourtant le plus fréquenté. «Nous gérons une trentaine de lieux d’aisance qui ont été construits il y a longtemps. Ces ouvrages sont délabrés aujourd’hui et les handicapés ne peuvent pas les utiliser», déplore Hà Tôn Tuân Hiêp, vice-directeur de la Société des services d’utilité publique du 1er arrondissement.

Bonne nouvelle toutefois : deux sociétés ont présenté le 11 août leurs projets aux responsables municipaux. La Société par actions du commerce et de la communication Vinasing propose la construction de 1.000 toilettes publiques. Une opération qui nécessite un investissement de 110 milliards de dôngs. Elles seront placées dans les gares, les parcs et au bord des rues des 24 arrondissements et districts de la ville, le tout en accès libre et gratuit, et bien sûr accessible aux personnes handicapées.

Vân Anh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.