29/03/2015 09:39
«Je suis auteur-compositeur-poète musicien-photographe aux origines vietnamiennes par ma grand-mère maternelle, née à Gia Dinh-Saigon». Thomas Chaline aime se présenter ainsi. S’il écrit aujourd’hui des textes sur le Vietnam, c’est grâce à sa grand-mère.
Le guitariste Thomas Chaline.

Thomas Chaline n’a qu’une envie : se rendre au Vietnam pour la première fois pour découvrir le quartier de Gia Dinh, à l’est de Hô Chi Minh-Ville, où ses grands-parents se sont mariés, tomber sous le charme de la baie de Ha Long, naviguer sur le Mékong, manger du pho ou encore apprendre à jouer du dàn bâu (monocorde traditionnel). Un beau parcours pour ce grand voyageur.

  L’empreinte

  Je respire
  encore de loin
  ces parfums exotiques
  et le soleil étouffant
  dans l’ambiance asiatique
  je revois
  ma grand-mère
  le sourire aux oreilles
  dans la rizière urbaine
  j’entends
  le bruit
  des ptits moteurs
  des mobylettes
  en pagaille
  et les singes mâlins
  à l’heure du déjeuner
  qui viennent mendier
  quelques lichis
  et sur
  le port de Saigon
  L’embouteillage
  des barques
  des marchands nomades
  apportant leurs mille saveurs
  le ciel est
  maintenant dégagé
  il n’y a plus
  d’hélicoptères
  juste l’insouciance
  déconcertante
  et les mauvais contes
  sont derrière.

Thomas CHALINE/CVN
De la culture, rien que de la culture

Thomas Chaline a écrit ses premières chansons à l’âge de 15 ans au fond de sa chambre d’ado, en s’inspirant des bonnes et moins bonnes nouvelles du monde. Il débute sur scène guitare-voix à Paris à 20 ans, avec un répertoire fait de titres originaux et de quelques reprises bien choisies. En 2003, il autoproduit ses premiers titres studio et participe à divers projets culturels.  Plusieurs de ses titres sont diffusés sur des radios locales et numériques à partir de 2009 et un an plus tard, il devient sociétaire de la SACEM en tant qu’auteur-compositeur.

Outre la chanson, il publie aussi rapidement des recueils de textes dont Le temps n’efface pas tout et À nos larmes dans l’oubli qui sont publiés en 2011 aux éditions EDILIVRE. Depuis 2014, il publie dans diverses revues culturelles numériques et papiers plusieurs poésies inédites et ouvre également son blog carnet de route «à l’abri de l’orage» https://alabridelorage.wordpress.com. C’est d’ailleurs sur cette base que sortira dans quelques jours en France son nouveau recueil de poésies portant le même titre À l’abri de l’orage aux éditions Mon Petit Editeur. Ce boulimique de nature est aussi rédacteur du magazine en ligne La Cause Littéraire, où il écrit des chroniques littéraires appréciées.

Il voyage en solitaire

Sa poésie est souvent le témoignage d’un vagabond moderne, c’est ainsi qu’il se définit. Il aime brosser des portraits de paysages croisés, d’ambiances traversées ou encore laisser son imaginaire bercé par le songe.

Thomas Chaline (à droite) et Herve Christiani.

Résolument poète-voyageur, il aime ce goût de liberté que lui procure le voyage, arpenter divers paysages, sillonner sans limites les routes urbaines, ombrageuses, ensoleillées, sinueuses ou dégagées. Il prend aussi beaucoup de photographies de paysages et de nature immortelle. Sa couleur préférée pourrait être le bleu. «Ma poésie est ainsi faite, parfois pessimiste ou misanthrope, mais lucide, souvent évasive teintée d’un joli bleu tamisé fait d’espoir». Ses influences, on peut ainsi les deviner et c’est du premier choix: Charles Baudelaire et Michel Houellebecq principalement.

Son grand ami chanteur, disparu il y a un peu moins d’un an, Hervé Cristiani lui avait aussi donné le goût des bons mots. «Je garde de lui des mots enchanteurs et réconfortants, des conseils de vie, d’artistes, c’était un vrai philosophe insouciant qui planait dans sa bulle merveilleuse dans laquelle il m’a convié, un endroit fabuleux féerique que j’essaie de reproduire à mon tour. Bref, un maître à penser intime et coloré, un insufflateur de poésies personnel». Mais pour ce poète-voyageur, il est enfin temps de découvrir le pays de ses origines. 

Échanges culturels franco-vietnamiens

Thomas a grandi auprès de sa grand-mère maternelle avec cette culture qui est maintenant la sienne et qu’il partage profondément.

Ses petits poèmes sur le Vietnam coulent ainsi de source, comme par exemple L’empreinte (voir encadré). Il prépare avec envie son séjour au Vietnam et il sait déjà ce qu’il y fera : prier à La Cathédrale Notre Dame de Saigon, visiter le temple de Mariamman, aller à Huê et passer du temps dans la Cité impériale, rendre visite à ce qui reste de sa famille vietnamienne et puis la musique, toujours la musique: se procurer des instruments à cordes typiquement vietnamiens. Le dàn nguyêt (luth en forme de lune), appelé encore dàn kim, le fait rêver. Ne dit-on pas que c’est un luth en forme de lune! Au Vietnam, il le sent aussi, il aimerait faire quelques concerts. Il nous réserve d’ailleurs quelques chansons surprises, à découvrir en exclusivité lors de son prochain voyage. 
«L’intense et infinie plage»
Où les petits singes s’enlassent
Où tu rayonnes encore
Et où toujours ton parfum colore
Saigon s’éveille
Sur ce dense sable d’hiver
Où les petits singes roulent à l’envers
Où ton sourire toujours m’éclaire
Et tes yeux, sur l’eau, sont lumière
Saigon souffle en silence...»
Extrait du titre Saigon s’endort.

Texte et photos : Hervé Fayet/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.