13/12/2015 08:49
Des experts français travaillant pour des organismes d’envergure internationale se sont rendus dans le district de Môc Châu. Leur mission : aider le thé Shan tuyêt à se faire durablement un nom et une réputation au Vietnam et à l’étranger grâce à l’indication géographique.

>>FAO et AFD aident le Vietnam dans la formation sur l’indication géographique
>>Un projet d’appui au développement rural

 

Le district de Môc Châu (province de Son La, Nord) recense plus de 2.600 ha de variété Shan tuyêt, une variété locale de grande valeur.


Môc Châu est un district montagneux de la province de Son La (Nord-Ouest). Le thé est au cœur de la production agricole. Le district compte près de 3.000 ha de théiers dont 2.650 ha de variété Shan tuyêt, une variété locale de grande valeur. Le Département de propriété intellectuelle du Vietnam a reconnu l’appellation d’origine contrôlée «Shan tuyêt» en 2001. Et en 2010, le gouvernement lui a délivré le certificat de protection de l’indication géographique (IG).

Un projet régional en Asie

En vertu des règlements régissant cette dénomination, toutes les étapes de fabrication des produits issus du thé Shan tuyêt Môc Châu certifiés IG (cueillette, transformation, emballage), ainsi qu’une partie du processus de transformation doivent être réalisées dans la région reconnue indication géographique.

En d’autres termes, les produits de thé Shan tuyêt transformés hors de la région d’IG peuvent être reconnus comme tels, à condition que les matières premières proviennent de la région certifiée. Et, bien entendu, ils doivent satisfaire les critères fixés dans le cahier des charges.

 

Des experts vietnamiens et français visitent la Compagnie de thé de Môc Châu.


Dans le cadre du Projet régional AFD-FAO pour la promotion du développement rural au travers du développement des IG en Asie, des experts français ont eu des séances de travail avec les unités de production, de transformation et du commerce des produits issus du thé Shan tuyêt à Môc Châu, produits protégés par l’IG depuis 2010.

Ces experts viennent de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), de l’Agence française de développement (AFD), du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et de l’Organisme certificateur associatif des signes officiels d'identification de la qualité et de l’origine (CERTIPAQ).

La localité a mis à profit cette occasion pour présenter le terroir, la méthode de production, de transformation ainsi que le commerce de ces produits.

 

Une séance de travail d'experts français et vietnamiens, le 5 novembre dans la Compagnie de thé de Môc Châu.


Contrôle de l’indication géographique

Quant aux experts, ils ont affirmé l’importance de l’établissement d’un système permettant de bien contrôler l’IG, de l’analyse du cahier des charges ainsi que de la détermination des contenus principaux de ce cahier des charges pour le thé Shan tuyêt et ses produits dérivés.

«Dans tous les systèmes d’indication géographique au monde, il existe ce que l’on appelle le contrôle avant la mise sur le marché. C'est-à-dire le contrôle des produits pour vérifier qu’ils sont bien conformes et répondent aux conditions du cahier des charges, conditions qui permettent d’obtenir la typicité, la spécificité de ces produits. Nous sommes ici pour la première étape du projet, afin de renforcer les capacités des associations de production pour mettre en place ce contrôle de qualité au niveau interne de l’Association», a confié Delphine Marie Vivien, une experte du CIRAD.

Après avoir énoncé tous ces principes, rien de mieux qu’une petite visite sur le terrain, aux côtés des experts vietnamiens. L’objectif : faire une évaluation de la culture du thé Shan tuyêt, des soins apportés, des avantages/inconvénients. Indispensable pour l’établissement et la gestion du contrôle de l’IG.

 

Séminaire sur l’accroissement des capacités de contrôle interne et de certification indépendante pour les produits d’IG, en l’occurrence le thé Shan tuyêt de Môc Châu, le 6 novembre à Son La (Nord).


Un séminaire a également été organisé dans le district de Môc Châu, toujours dans le cadre du Projet régional AFD-FAO en question. Lors de ce séminaire, les experts ont parlé plus clairement du concept d’IG, de la protection, des impacts ainsi que des conditions aboutissant au succès. Les experts ont aussi proposé l’itinéraire pour le contrôle de l’IG des produits issus du thé Shan tuyêt Môc Châu.

«Il faut évidemment que la filière - producteurs, transformateurs et exportateurs - respecte le cahier des charges, c'est-à-dire certaines obligations qui assurent la qualité et la stabilité de cette qualité dans le temps. C’est grâce à cela que sur le marché international, les produits sont vendus à un prix plus élevé. C’est donc bon pour la filière et pour l’exportation vietnamienne en général. Mais ça l’est aussi pour l’image du Vietnam si vous voulez donner, au-delà du thé, l’image d’un pays capable de produire des produits de qualité», a insisté Bruno Vindel, expert de l’AFD.

Rendez-vous pris en 2016

Les prochaines réunions devraient se tenir en décembre entre l’Association de production, de transformation et du commerce du thé Môc Châu, les entreprises spécialisées dans le thé Shan tuyêt Môc Châu et les experts. Ces séances permettront de déterminer les grandes lignes du cahier des charges.

Puis, au cours des premiers mois de 2016, les experts français et vietnamiens devraient organiser des formations concernant le contrôle interne et externe. «Grâce aux aides accordées par les experts français et vietnamiens, nous espérons que notre compagnie et les autres sociétés relevant de l’Association de production, de transformation et du commerce du thé Môc Châu pourront bien contrôler toutes les étapes de production et de transformation de nos produits. Ce qui contribuera à accroître la valeur commerciale de ces produits», a exprimé Nguyên Van Khiên, directeur de la Compagnie de thé Chiêng Ve, une unité qui relève de l’Association de production, de transformation et du commerce du thé Môc Châu.

Ladite association espère qu’avec les aides accordées par les experts, Môc Châu parviendra à établir et mettre en place dans un futur proche le système de contrôle de l’IG pour le thé Shan tuyêt et ses produits dérivés. Ce qui leur donnera la possibilité d’être enregistrés en tant qu’IG à l’étranger.


Texte et photos : Phuong Mai/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.