09/08/2018 19:51
Situé au cœur du quartier animé à côté du Lac de l’Ouest de Hanoï, le théâtre Phù Sa accueille les amoureux de musique traditionnelle vietnamienne chaque weekend non seulement grâce à ses concerts de ca trù (chant des courtisanes), mais aussi du fait d’un spectacle sans précédent créé entièrement à partir de bambous, "The Bamboo Talk".
Le spectacle de musique expérimentale "The Bamboo Talk", au théâtre Phù Sa à Hanoï.
Photo: Phù Sa Lab/CVN

Le bambou et ses représentations résident le fondement de la culture vietnamienne: il permet de construire les fortifications, de décorer les maisons, de créer des outils agricoles, et bien sur de produire de la musique. Mais, mélanger la musique traditionnelle vietnamienne avec les éléments de world music et les techniques du cirque requiert donc de nombreux efforts d’adaptation que les artistes du théâtre Phù Sa aimeraient soumettre à l’appréciation du public.

"The Bamboo Talk" est un spectacle sans précédent, créé par de grands artistes spécialiste de ce genre à Hanoï dans le but de présenter un numéro de cirque expérimental moderne. Son directeur artistique Nguyên Nhât Ly, né en 1959 à Paris, est un Franco-Vietnamien amoureux de la culture traditionnelle vietnamienne. Depuis une vingtaine d’années, il s’est installé au Vietnam afin d’organiser de nombreuses activités artistiques. En 2014, il a créé le Phù Sa Lab et le théâtre éponyme, et accueille désormais de talentueux artistes de la capitale, tels que le fameux compositeur Hoàng Ngoc Dai, l’illustrateur Nguyên Duc Phuong, le saxophoniste Quyên Thiên Dac, ou la chanteuse Dô Nguyên Mai Khôi.

"Mon travail consiste simplement à connecter les artistes, partage Nhât Ly. C’était une longue histoire depuis 2005, lorsque mes artistes jouaient dans la troupe de cirque ‘Làng tôi’. Ce sont eux qui choisissent les concepts et textures, et je ne les aide que dans la direction artistique".

De l’art du cirque à la musique expérimentale
 
Le cirque, les musiques et danses des ethnies minoritaires du Vietnam et le jazz contemporain sont tous réunis via l’histoire des ‘villageois’ artistes.
Photo: Phù Sa Lab/CVN

Dinh Anh Tuân, Trân Kim Ngoc, Nguyên Quang Su, Nguyên Duc Minh et l’illustrateur Nguyên Duc Phuong étaient artistes de cirque lorsqu’ils jouaient le spectacle "Làng tôi". Leur vision artistique évolue à mesure du temps qui passe, de sorte que depuis six ans, ils cherchent à transformer leurs outils en instruments sonores. Inspiré des éléments traditionnels, ce groupe a inventé de nouveaux instruments de musique en bambous, notamment le đàn đó et le trống chum.

"Créer des instruments de musique n’est pas simplement le fruit de notre recherche. Notre travail vise plutôt à trouver de nouveaux matériels et de meilleurs sons. Sans aucun doute, l’objectif ultime est de produire des spectacles appréciés par le public", a confié Nguyên Duc Minh.
 
Le ‘đàn đó’ – instrument de musique inventé par Phù Sa Lab.
Photo : Phù Sa Lab/CVN

À la différence du spectacle ordinaire, "The Bamboo Talk" utilise en plus les bambous dans la musique et dans la décoration. Par conséquent, "les artistes ont tous de talent en cirque, mais aussi en musique et en spectacle", a insisté Nhât Ly. Pionnier dans la musique fusion du Vietnam, ce musicien a choisi une texture expérimentale pour son spectacle, qui mélange à la fois les mélodies des ethnies minoritaires du Nord du Vietnam, la danse des habitants dans les Hauts plateaux du Centre, le hát xẩm (chant des aveugles) du Tonkin, et le jazz contemporain. Son concept s’adapte au modèle des spectacles modernes, dont l’histoire raconte quelques grandes actualités de la société via le chant des "villageois".

À la modernisation de l’art contemporain
 
Le directeur artistique Nguyên Nhât Ly (gauche) et les artistes discutent avec le public après le spectacle.
Photo: Dang Duong/CVN

Outre les instruments créés en bambous, les spectateurs seraient majoritairement impressionnants le hát xẩm (chant des aveugles), chanté par l’illustrateur Nguyên Duc Phuong. Longtemps collaboré avec les gens des ethnies minoritaires vietnamiens, Duc Phuong a de grandes connaissances sur les cultures traditionnelles du pays. Il est un des grands artistes dans la peinture sur tissu en cire d’abeille, et organise plusieurs expositions du Nord au Sud du Vietnam.

Le saxophoniste Quyên Thiên Dac apporte de son côté les mélodies novatrices du jazz contemporain. Fils du virtuose saxophoniste Quyên Van Minh, Thiên Dac a été diplômé des Conservatoires de Barklee (États-Unis) et de Malmo (Suède) en poursuivant un chemin distinct: la musique fusion vietnamienne. Son saxophone est aussi le seul instrument métallique servi pour le spectacle "The Bamboo Talk".

La chanteuse Dô Nguyên Mai Khôi est la seule artiste du projet. Dans "The Bamboo Talk", elle chante et joue le đàn goong, un ‘guitare’ très spécifique des ethnies minoritaires dans les Hauts plateaux du Centre. Lauréate du Prix "Bài hát Việt" pour la chanson de l’année en 2010, elle est reconnue dans de nombreuses activités artistiques et de droits civils au Vietnam et à l’étranger.
 
Scène de la danse traditionnelle des ethnies minoritaires du Nord d’autrefois.
Photo : Phù Sa Lab/CVN

Avec une équipe particulièrement talentueuse de meilleurs artistes expérimentaux du Vietnam, "The Bamboo Talk" promet d’apporter au public de la capitale, Vietnamien ou étranger, de moments magiques d’un spectacle sans précédent et inoubliable. Veuillez trouver toutes les infos pratiques sur le site de Phù Sa Lab.
 
Dang Duong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.