07/10/2020 22:43
La Thaïlande a décidé d'accorder un délai de grâce aux travailleurs migrants dont l'emploi doit expirer le mois prochain.
 >>La Thaïlande a un nouveau ministre des Finances
>>Thaïlande : interdiction d'importation de 428 types de déchets électroniques

Les travailleurs migrants travaillent dans une usine à Mahachai, en banlieue de Bangkok. Photo : AFP/VNA/CVN

La décision a été prise lors d’une réunion tenue mardi 6 octobre par le comité de gestion des politiques liées aux travailleurs migrants, pour empêcher la propagation du coronavirus en Thaïlande.

Sont éligibles à la période de grâce les travailleurs migrants dont le contrat de travail de quatre ans prendra fin entre le mois prochain et la fin du mois de décembre de l'année prochaine, a déclaré le ministre thaïlandais du Travail, Suchart Chomklin.

Le ministre n'a cependant pas précisé la durée de la période de grâce. Il a précisé que la question serait proposée au cabinet pour qu'il l'examine en temps voulu.

M. Suchart a également déclaré que les travailleurs migrants, qui étaient retournés dans leur pays d'origine et envisageaient de retourner travailler en Thaïlande, devraient passer une quarantaine obligatoire de 14 jours à leur arrivée en Thaïlande.

Au total, 131.587 travailleurs migrants du Myanmar, du Laos et du Cambodge verront leur permis de travail expirer entre le mois prochain et décembre de l'année prochaine, selon le ministère thaïlandais du Travail.

M. Suchart a déclaré que les personnes éligibles devraient soumettre une demande formelle pour rester dans le Royaume, accompagnée d'un certificat sanitaire. Ils devront également payer des frais pour le visa spécial qui leur aura été accordé pendant le délai de grâce.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.