17/07/2018 11:43
Les autorités thaïlandaises ont retrouvé le corps de la dernière victime d’un naufrage au large de l'île de Phuket, ce qui porte à 47 le nombre de morts.
>>Naufrage de Phuket: le corps d'une victime récupéré sous le navire
>>Naufrage en Thaïlande: les corps de trois autres victimes potentielles retrouvés

Les forces de recherche et de sauvetage au large de l'île de Phuket.
Photo: VNA/CVN

Le bateau touristique Phénix, avec à bord 105 personnes, pour la plupart des touristes chinois, a coulé à Koh Hei le 5 juillet dernier sur le chemin de retour vers Phuket à partir de Koh Racha, un site de plongée populaire. Le Département des relations publiques de Phuket a annoncé le 15 juillet dans un communiqué que le dernier corps avait été repêché après plus d'une semaine de recherche.

Un premier rapport a montré que le bateau était immatriculé et non surchargé. Les mauvaises conditions météorologiques ont été déterminées comme la cause de l'accident, bien que le navire en ait été averti avant son départ. Ce naufrage est l'un des pires en Thaïlande depuis 2004 lorsqu’un tsunami a fait des milliers de morts.

De nombreux plongeurs et hélicoptères ont été mobilisés pour rechercher les victimes piégées à l'intérieur du bateau. Les proches des victimes se sont débarqués à Phuket pour aider à identifier les corps. Une cérémonie a été organisée avec la participation de l'ambassadeur de Chine en Thaïlande pour rendre hommage aux victimes. Le ministère thaïlandais du Tourisme a annoncé que chacune des familles des victimes recevrait un million de THB (plus de 30.000 dollars) de dédommagement.
VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.