22/06/2017 15:53
Deux bébés orangs-outans, une cinquantaine de tortues et six ratons-laveurs ont été sauvés des griffes des trafiquants au moment de leur passage à la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande.
>>En Thaïlande, combats de boxe entre singes et balades controversées à dos d'éléphants
>>Les étudiants ont mis la main à la pâte  
            
Deux bébés orangs-outans, une cinquantaine de tortues et six ratons-laveurs ont été sauvés des griffes des trafiquants dans le coffre de sa voiture. 
Photo : AFP/VNA/CVN
    
Les animaux étaient dissimulés dans des valises et des caisses en plastique dans le coffre d'une voiture, dont le conducteur a été appréhendé, ont expliqué les autorités thaïlandaises.

"Le suspect a été embauché pour transporter les animaux depuis l'État de Perlis en Malaisie jusqu'à Hat Yai (en Thaïlande) pour 1.000 bahts (26 euros)", a expliqué jeudi à l'AFP Prach Kongthong, officier en charge de la protection de la faune dans l'extrême sud de la Thaïlande.
   
Âgé de 63 ans, ce Malaisien tentait mercredi 21 juin de passer la frontière dans la province de Songkhla, une région en proie à une rébellion indépendantiste musulmane qui est aussi une zone de trafics où transitent aussi bien des migrants que des armes ou de la drogue. Il n'a donné aucune précision sur l'origine des animaux et la personne à laquelle il devait les remettre.
   
Les deux petits orangs-outans, âgés d'à peine six mois, seront transférés dans un centre de rééducation de la région. Ces animaux, originaires des forêts tropicales humides de Bornéo et de Sumatra, sont souvent l'objet de contrebande en Asie du Sud-Est, où ils sont vendus à des zoos privés ou comme animaux de compagnie.
   
Seul grand singe d'Asie, l'orang-outang est une espèce menacée d'"extinction imminente", selon les Nations unies. Ce primate arboricole vit en liberté dans des forêts tropicales humides qui se réduisent comme une peau de chagrin sous l'effet de la déforestation légale ou sauvage, pour accroître les plantations d'huile de palme.
   
Les orangs-outans ne seraient plus que 100.000 à Bornéo, la quatrième plus grande île au monde répartie entre trois pays -- Indonésie, Malaisie et Brunei. D'ici à 2025, ils pourraient ne plus être que 47.000.   
   
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).