18/04/2018 19:21
Le 3e jour du 3e mois lunaire est le Têt hàn thuc, fête des aliments froids célébrée par beaucoup de familles vietnamiennes. Celles-ci confectionnent et se régalent des bánh trôi et bánh chay (deux sortes de boulettes de riz sucrées) qui sont considérées comme les plats spécifiques de cette occasion.
>>Le Têt du 3e jour de la 3e lune
>>Fêtez le Têt hàn thuc avec le banh trôi
>>Le Têt hàn thuc ou la fête des aliments froids

Les Vietnamiens ont l'habitude d'acheter ou de confectionner des "bánh trôi" et "bánh chay" pour le culte aux ancêtres lors du Têt hàn thuc.
Photo: Anh Tuân/VNA/CVN

Têt hàn thuc signifie "manger froid". Descendant d’une tradition chinoise, cette fête a été vietnamisée pour convenir à la culture ainsi qu'aux us et coutumes du pays. Les Vietnamiens fêtent le Têt hàn thuc afin de glorifier Bouddha et leurs ancêtres. Si autrefois, dans la légende, cuisiner des aliments au feu était interdit durant cette journée, cette règle a changé et les travaux de cuisine se tiennent normalement à ce jour.

Le Têt hàn thuc présente des similarités avec les autres fêtes importantes. Il faut se munir de bâtonnets d’encens, de fruits, de fleurs pour montrer sa sincérité et sa vénération envers les ancêtres. À côté de cela, les bánh trôi (boulette farcie d'un morceau de sucre et pochée dans l'eau bouillante) et bánh chay (boulette plate farcie de haricots et trempée dans du sirop) sont indispensables. Les femmes préparent trois ou cinq assiettes de bánh trôi et trois bols de bánh chay à poser sur l’autel, auprès des autres offrandes.

Nécessité de la minutie et de la patience

Afin de faire ces deux sortes de gâteaux de riz gluant, pâte, haricots mungos, bâtonnets de sucre brunâtres, graines de sésame et farine de tapioca sont nécessaires.

Pour la pâte, qui est l’ingrédient le plus important, on a deux façons de la préparer. La première est d’acheter la pâte pré-faite disponible au marché. Elle est déjà très souple et divisée en parts. Cette pâte est vendue largement autour du 3e jour du 3e mois lunaire. La deuxième est d’utiliser de la farine de riz gluant sèche, puis de la mélanger avec un peu de sel, de farine de riz ordinaire et de l’eau froide, jusqu’à ce que la pâte soit homogène et qu’elle ne colle plus à la main.

La confection de ces deux sortes de gâteaux n’est pas difficile mais demande de la patience et de la minutie.
Photo: Thu Hà/CVN
Pour les bánh trôi (gâteaux flottants), on va former des boulettes de taille d’un œuf de caille en plaçant au centre un morceau de sucre brunâtre. Cette étape exige habileté et patience pour avoir des boulettes bien rondes et lisses. Elles sont ensuite cuites dans de l’eau bouillante à feu moyen jusqu’au moment où elles se mettent à flotter. On peut alors les retirer avec une grande cuillère percée de trous. Puis, elles sont mises dans une assiette et saupoudrées par les graines de sésame dorées. Chaque assiette comporte environ 13-15 boulettes.

Les bánh chay sont des boulettes plates de pâte de haricot mungo, cuites de la même manière que les bánh trôi, et servies dans un bol avec du sirop épais.

La confection de ces deux sortes de gâteaux n’est pas difficile mais demande de la patience et de la minutie. C’est pourquoi, à cette occasion, on voit dans plusieurs familles, tous les membres se réunir autour d’une table pour modeler des boulettes.

Thúy Hà, vivant dans la rue Núi Trúc, à Hanoï, raconte: "J’achète des bánh trôi et bánh chay à l’occasion du Têt hàn thuc. Si cette fête tombe le week-end, moi et mes enfants les confectionneront ensemble. Mes enfants aiment bien et se montrent très enthousiastes en modelant des boulettes. Cette année, le Têt hàn thuc se tient lors du jour de travail, j’ai donc acheté trois assiettes de bánh trôi et trois bols de bánh chay pour 15.000 dôngs chacune".

Une assiette de "bánh trôi" multicolores.
Photo: VNA/CVN

Depuis quelques années, les bánh trôi se déclinent sous des versions très originales. Grâce à l’habileté des femmes, ces boulettes sont colorées en jaune, rouge, vert et même violet. Ces couleurs sont fabriquées à partir d’ingrédients naturels, faciles à trouver dans les marchés et supermarchés, comme le thé vert en poudre (matcha), le jus de betterave, le jus de chou violet…

Préserver une tradition du pays

La société se développe de jour en jour, et le rythme de la vie devient plus pressé. De nombreuses familles n’ont pas le temps de préparer des bánh trôi et des bánh chay pour le culte des ancêtres. Elles choisissent alors celles déjà préparées vendues sur le marché. Ainsi, au 3e jour du 3e mois lunaire, beaucoup de personnes font la queue devant les boutiques de desserts traditionnels à la vietnamienne. On peut facilement acheter ces gâteaux dans les marchés, les magasins et les kiosques, à des prix raisonnables.

Modeler ensemble des "bánh trôi" permet aux membres de la famille de resserrer leurs liens.
Photo: VNA/CVN

Il y a également des familles qui mettent l’accent sur la confection maison pour apprendre aux jeunes générations les belles traditions des Vietnamiens. Pour Vu Hiên, enseignante à Hanoï, les bánh trôi et bánh chay sont incontournables. "Chaque Têt hàn thuc, ma mère se réveille tôt pour acheter de la pâte, des haricots mungo, des grains de sésame. Le modelage des boulettes est l’étape préférée des enfants. Ils sont très heureux d'y participer. Nous confectionnons au minimum cinq bols de trois grands boules de bánh chay chacun et cinq assiettes de quinze petites boulettes de bánh trôi. Après le travail, tous les membres de la famille se rassemblent autour la table pour les faire. Je considère que c’est une bonne occasion de resserrer les liens familiaux et d’enseigner à nos enfants les traditions du pays", partage-t-elle.

En dépit du temps qui se passe, les traditions du pays sont constantes. Le Têt hàn thuc et ses bánh trôi, bánh chay reste une belle tradition à perpétuer de génération en génération.

Thu Hà Ngô/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.