01/02/2019 11:13
Lorsque les pêchers fleurissent et que le son des gongs retentit, c’est le moment pour les Muong d’accueillir le Têt, avec l’espoir d’obtenir de bonnes récoltes et la prospérité au cours de l’année à venir.

>>Le Têt traditionnel chez les minorités ethniques
>>Hoà Binh : Giang Mô opte pour le tourisme communautaire
 

Durant le Têt, la préparation de plats traditionnels est indispensable pour les Muong. 


La province de Hoà Binh (Nord) abrite, pour l’essentiel, l’ethnie Muong dont les us et coutumes du Têt méritent d’être découvertes. Le Têt est l’occasion pour de nombreux touristes de s’y rendre pour respirer l’air pur, admirer la floraison des pêchers sur les pentes des montagnes, s’émerveiller devant les paysages et la splendeur des tenues traditionnelles.

Côté vestimentaire, les Muong ont vraiment du style!

À l’occasion du Têt, ils portent des couleurs vives: chemisiers jaunes ou pourpres, foulards bleu marine, manteaux arborant des boutons sur le côté. Hoàng Van Câm, du hameau de Vai Dào, commune de Cao Ram, district de Luong Son, province de Hoà Binh, est très fier des costumes de son ethnie: "Je porte ces costumes traditionnels depuis que je suis tout petit. Ils perpétuent l’identité culturelle de notre ethnie. J’aime beaucoup les porter, aussi bien dans la vie de tous les jours que pour les festivités. Il faut donner l’exemple aux jeunes!".

Tous ensemble pour le Têt

Les femmes portent une veste courte blanche ou brune à manches longues, avec à l’intérieur un "yếm" (cache-seins traditionnel). Il s’agit d’un carré de soie ou de coton dont les extrémités sont fixées par des cordons lacés dans le dos au niveau du cou.

 

"Banh chung" et "banh uôi", des spécialités des Muong lors du Têt.


Elles se coiffent d’un simple foulard, blanc ou vert. En bas, elles portent une longue jupe noire. Les motifs brodés qui décorent la ceinture et la bordure de la jupe donnent toute leur grâce et leur charme à ces femmes. Parmi la quarantaine de motifs traditionnels existants, le dragon reste la figure dominante. Mais attention, ces bordures de jupe ne peuvent pas être réalisées par n’importe qui! L’association des motifs requiert une certaine habileté et un grand sens esthétique, comme nous l’explique Hoàng Thi Luông, une Muong de Hoà Binh: "C’est très difficile! Il faut être très précis et choisir des fils différents pour chaque partie du dragon: un fil pour la tête, un autre pour la queue, un autre encore pour le corps ondulé… Et puis, il faut aussi savoir créer une harmonie entre toutes ces couleurs".    

Pour l’ethnie Muong, le Têt est une occasion de réunir les membres de la famille, de faire le bilan du travail de l’année, de déposer les offrandes aux ancêtres, de se souhaiter prospérité et chance pour la nouvelle année. La célébration du Nouvel An lunaire est aussi le moment où les gens, les animaux et même les outils de travail se reposent après un an de labeur. En somme, le Têt apporte joie et bonheur à tout le monde.

Le Têt commence le 27e jour du 12e mois lunaire

Chez les Muong de Hoà Binh, la célébration du Têt commence le 27e jour du 12e mois lunaire. Tous les villages s’animent. Les habitants nettoient et arrangent leur maison, tuent le cochon qui a été engraissé durant plusieurs mois. Ces actions visent à chasser les malheurs de l’année passée…

 


Dans les maisons sur pilotis, une nouvelle cuisine est installée pour préparer les plats traditionnels du Têt. Les touristes venus visiter les villages Muong à Hoà Binh ont la chance de déguster le banh chung (gâteau de riz gluant farci de haricot mungo et viande de porc poivré), mais surtout le banh uôi, une spécialité que les Muong réservent au Têt. Un gâteau à base de riz gluant, de sésame et de cacahuètes, dont  la saveur est inoubliable.

Par ailleurs, les Muong ornent les autels familiaux des ancêtres. C’est la tâche la plus importante de ce 27e jour. Le maître de la maison s’en occupe en soirée. “Il faut des fleurs de pêcher et deux tiges de canne à sucre, le plateau aux cinq fruits et des friandises. Nous croyons que les génies et les ancêtres sont parmi nous pour nous bénir et nous protéger. Ce culte est respecté par tous ici”, indique Bùi Van Khân du hameau d’Ai, commune de Phong Phu, district de Tân Lac, province de Hoà Binh. Les plats traditionnels du culte des ancêtres doivent être laissés sur des feuilles de bananier, sauf le potage. Ces coutumes sont toujours présentes aujourd’hui.

“Les préparatifs s’accélèrent dans toutes les familles. Tout le monde est très occupé parce qu’il y a beaucoup de travail à faire pendant le Têt. Cette année, ma famille accueille une nouvelle bru. Je lui ai appris à faire du banh chung, du banh uôi et des plats de riz gluant”, explique la femme de Bùi Van Khân.

 

 
Deux jeunes filles Muong en tenue traditionnelle. 


Selon M.Khân, le 27e jour du dernier mois lunaire, les Muong érigent un mât rituel (cây nêu en vietnamien, ndlr) devant leurs maisons. Puis, ils tressent une cloison en bambou qu’ils suspendent devant la porte d’entrée. C’est un gage de bonheur, santé et vie paisible au foyer durant les premiers jours de l’année lunaire.

Repas copieux, beaux habits et échanges de vœux

"Maintenant, la vie des habitants est plus aisée et plus paisible qu’autrefois. Le 27e jour, ils tuent cochons, poulets et poissons. Chaque famille va se réunir autour de quatre ou cinq repas copieux", revèle Bùi Van Dung, chef du hameau d’Ai, commune de Phong Phu, district de Tân Lac, province de Hoà Binh.

Le 29e jour, les Muong célèbrent le Réveillon du Nouvel An. Ils portent un flambeau et frappent des gongs, appelant ainsi les buffles à rentrer chez eux. Selon leurs croyances, il s’agit de remercier ces animaux après un an de bons et loyaux services.

Durant le Têt, les Muong portent toujours leurs plus beaux habits traditionnels, achetés ou confectionnés chaque année pour l’occasion. Petits et grands se joignent avec joie aux nombreuses activités culturelles. Les personnes âgées se déplacent de maison en maison pour s’échanger des vœux autour d’une collation. Les jeunes participent avec entrain à des jeux folkloriques comme le tir à la corde et à des échanges artistiques variés.



Les Muong, qui sont-ils?

 
Chez les minoritaires, ce sont les Muong qui sont majoritaires! Les Muong constituent la plus importante des 53 ethnies dites minoritaires du Vietnam. Ils sont près d’un million à vivre dans les régions montagneuses du Nord, essentiellement dans la province de Hoà Binh.

Les Muong sont ethniquement et linguistiquement proches des Kinh. Le muong est étroitement apparenté au vietnamien, avec lequel il est classé dans le groupe des langues dites Viêt-Muong de la famille austro-asiatique. Ces deux langues ont environ 75% de leur vocabulaire de base en commun.

Les Muong s’établissent dans des régions certes montagneuses, mais favorables aux travaux champêtres. En dignes cousins des Kinh, ils pratiquent la riziculture inondée. Pour se prémunir des attaques d’animaux sauvages, ils vivent dans des maisons sur pilotis, bâties à flanc de montagne. L’espace sous le plancher sert d’abri aux animaux domestiques et aux volailles.


Texte et photos: Thu Huong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Université de Hanoï: succès du projet de démarche-qualité

Fête printanière de Côn Son - Kiêp Bac à Hai Duong

La cérémonie d’ouverture de la fête traditionnelle de Côn Son et de commémoration du 685e anniversaire du décès du vénérable Huyên Quang (1334-2019), troisième fondateur de la secte bouddhique Trúc Lâm (Forêt de bambous), s’est tenue mercredi 20 février dans la province de Hai Duong (Nord).