10/11/2021 22:40
Sans les stars Serena Williams et Naomi Osaka, ni la N°1 mondiale et tenante du titre Ashleigh Barty, le Masters WTA, qui débute mercredi 10 novembre à Guadalajara au Mexique, vient clore une saison WTA marquée par une instabilité croissante au sommet du tennis féminin.
>>Tennis : sacrés à Moscou, Karatsev et Kontaveit confirment leur ascension
>>Tennis : Ons Jabeur, au firmament du tennis mondial, les pieds sur terre en Tunisie

Le trophée "Martina Navratilova" du Masters de fin de saison de la WTA exposé lors du tirage au sort tenu à Zapopan, en banlieue de Guadalajara, le 8 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Symbole de ce phénomène : les quatre finales du Grand Chelem ont été disputées par huit joueuses différentes en 2021. Et seules deux d'entre elles, les Tchèques Barbora Krejcikova, lauréate surprise à Roland-Garros, et Karolina Pliskova, qui a échoué sur la dernière marche à Wimbledon, seront en lice au Mexique, où l'épreuve initialement prévue à Shenzhen, en Chine, a été délocalisée en raison de la pandémie de COVID-19.

De plus, six des huit joueuses qualifiées pour ce Masters le sont pour la première fois, à l'exception de Pliskova et de l'Espagnole Garbiñe Muguruza.

Si Williams soigne une cuisse et Osaka son mental, en proie à une anxiété récurrente, l'Australienne Barty a aussi eu besoin de couper, après une saison qu'elle aura dominée (titrée à Melbourne, Miami, Stuttgart, Wimbledon, Cincinnati), mais aussi passée loin de son pays durant sept mois.

Cette fatigue s'était manifestée à l'US Open, où la jeune Britannique de 18 ans Emma Raducanu s'était imposée en finale contre la Canadienne Leylah Fernandez, 19 ans. Ce vent de fraicheur ne soufflera pas à Guadalajara car, parties de trop loin au classement, ni l'une ni l'autre n'a pu se qualifier.

Si on se fie donc à la Race, la Bélarusse Aryna Sabalenka (N°1) bénéficie du statut de favorite. Son année, elle l'a débutée à la 10e place et son accession au quasi-sommet de la WTA s'explique par deux victoires à Abou Dhabi et à Madrid et deux demi-finales à Wimbledon et Flushing Meadows. Elle doit à présent passer un cap.

Gérer l'altitude

Les huit joueuses engagées dans le Masters final réunies autour du trophée (de gauche à droite) : Anett Kontaveit, Garbiñe Muguruza, Maria Sakkari, Aryna Sabalenka, Barbora Krejcikova, Karolina Pliskova, Iga Swiatek et Paula Badosa, le 8 novembre à Zapopan, au Mexique.
Photo : AFP/VNA/CVN

Krejcikova (N°2) fait partie des révélations de la saison depuis son triomphe à Paris. Seule lauréate d'un Majeur cette année, démarrée au 65e rang, pour aussi s'imposer à Strasbourg et Prague, fait figure de prétendante sérieuse.

Elle pourra même viser un doublé à Guadalajara, car elle est également qualifiée en doubles, associée à Katerina Siniakova. Ensemble, elles avaient décroché l'or olympique à Tokyo.

Karolina Pliskova (N°3) n'a en revanche aucune victoire à son actif et avec la Grecque Maria Sakkari (N°4), elles sont les seules du plateau dans cette situation.

Lauréate surprise à Roland-Garros l'an passé, Iga Swiatek (N°5) a pour sa part sécurisé sa place, avec deux victoires lors du premier semestre à Adelaide puis Rome.

L'Espagnole Garbiñe Muguruza (N°6), elle, est la seule avec la Polonaise et Krejcikova à avoir déjà remporté un Grand Chelem. Deux même, à Roland-Garros en 2016 et Wimbledon en 2017. Cette saison, certes peu probante en Majeurs, l'a néanmoins vue redevenir compétitive avec deux victoires à Doha en mars et Chicago fin septembre.

Sa compatriote, Paula Badosa (N°7), est une autre révélation de la saison. Quart de finaliste à Roland-Garros, elle s'est imposée juste avant à Belgrade et surtout à Indian Wells en octobre.

Le momentum semble de son côté et de celui de l'Estonienne Anett Kontaveit (N°8), qui a remporté le plus de tournois en 2021 après Barty, à Cleveland, Ostrava, Moscou et Cluj lors des trois derniers mois.

Bien malin qui pourra prédire celle qui s'adjugera ce Masters, a fortiori dans des conditions rendues difficiles par l'altitude, la cité de Jalisco culminant à plus de 1.500m.

"À Madrid (650m d'altitude), mes coups volaient. Il avait fallu m'ajuster, et à la fin, j'ai pu jouer un tennis vraiment solide. Guadalajara sera encore pire", a prédit Swiatek.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
"Roi des sandales en caoutchouc" : de la légende à la marque

Hanoï lance 28 circuits touristiques au service des participants aux SEA Games 31 Des agences de voyages de Hanoï : Hanoitourist, Vietfoot Travel 5 tour, LUX Travel, VI Travel, Vietravel ont lancé 28 circuits touristiques pour les délégations sportives et les invités participant aux 31es Jeux d'Asie du Sud-Est (SEA Games 31).