28/10/2018 16:47
Le Masters va couronner une nouvelle reine dimanche 28 octobre. Le dernier match de la saison du circuit féminin oppose l'Américaine Sloane Stephens, N°6 mondiale, à l'Ukrainienne Elina Svitolina, N°7, à Singapour.
>>Tennis: Federer à un match de sa 12e finale à Bâle en 12 participations
>>Masters dames: Svitolina et Pliskova en demi-finales, Wozniacki détrônée

L'Américaine Sloane Stephens qualifiée pour la finale du Masters de Singapour le 27 octobre en battant la Tchèque Karolina Pliskova.
Photo: AFP/VNA/CVN

Les deux joueuses s'invitent pour la première fois en finale du tournoi réunissant les huit meilleures joueuses de la saison. Stephens dès sa première apparition, Svitolina pour sa deuxième. L'une comme l'autre sont invaincues cette semaine.

La première n'est plus une nouvelle venue dans ces grandes occasions: à 25 ans, l'Américaine, N°3 mondiale à son meilleur classement, a déjà disputé deux finales en Grand Chelem, la première gagnée à l'US Open en 2017, la seconde perdue à Roland-Garros début juin (contre Halep).

Svitolina, en revanche, s'apprête à jouer la finale la plus prestigieuse de sa carrière, à 24 ans, elle qui n'a encore jamais dépassé les quarts de finale en Grand Chelem (Roland-Garros 2015 et 2017, Open d'Australie 2018). Elle compte douze titres à son palmarès, dont trois remportés cette saison, à Brisbane, Dubaï et Rome.

Pour rallier la finale, Stephens a surmonté une entame de match cauchemardesque face à la Tchèque Karolina Pliskova (N°8). Amorphe pendant une cinquantaine de minutes, elle a perdu les huit premiers jeux (6-0, 2-0) et a même été confrontée à plusieurs balles de 3-0. C'est à ce moment-là qu'elle est revenue progressivement dans la partie, jusqu'à remporter douze des quinze jeux suivants (0-6, 6-4, 6-1) pour s'imposer en à peine deux heures.

"J'étais un peu nerveuse en entrant sur le court et je ne sentais pas bien la balle, elle me donnait une leçon, a reconnu la Floridienne. J'ai juste essayé de rester dans le match et de remettre le plus de balles possible. Je suis vraiment fière du combat que j'ai mené aujourd'hui (samedi 27 octobre)".

"Finir fort"

L'Ukrainienne Elina Svitolina après sa victoire contre la Néerlandaise Kiki Bertens, en demi-finale du Masters le 27 octobre à Singapour.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Gagner ce premier jeu m'a boostée, ça m'a vraiment gonflée à bloc, je me suis dit que je pouvais le faire, et j'ai commencé à mieux sentir la balle", a-t-elle expliqué.

"Je vais essayer de finir fort" dimanche 28 octobre, a promis Stephens, en quête de son deuxième trophée de la saison après Miami, et du septième de sa carrière.

Dans la première demi-finale, Svitolina a elle bataillé pendant plus de 2h30 min pour venir à bout de la Néerlandaise Kiki Bertens (N°9) en trois manches âprement disputées (7-5, 6-7 (5/7), 6-4). Bertens, qui a eu les plus grandes difficultés à égaliser à un set partout (une balle de set à 5-3, trois à 5-4 avant de conclure au jeu décisif), est restée menaçante jusqu'au bout: l'Ukrainienne a encore dû sauver deux balles de débreak alors qu'elle servait pour le match, à 5-4, avant de conclure à sa première occasion.

"Ça a été un combat tellement difficile aujourd'hui (samedi 27 octobre), je suis heureuse de m'en être sortie. Ça veut dire beaucoup pour moi", s'est réjouie Svitolina.

"À la fin, physiquement, il s'agissait juste de courir après toutes les balles. C'était très intense, on a joué toutes les deux du très bon tennis. Je suis très heureuse d'avoir tenu le choc", a-t-elle poursuivi.

Même battue, Bertens (26 ans) peut se satisfaire d'une année commencée aux portes du top 30 et marquée par douze victoires contre des membres du top 10, elle qui n'en avait connu que trois pendant toute sa carrière avant 2018.

Pour la première fois depuis l'instauration d'une phase de groupes au Masters il y a quinze ans, aucune des quatre premières têtes de série ne s'était invitée dans le dernier carré.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).