13/11/2018 11:46
L'Iran va porter plainte contre les États-Unis auprès de l'Organisation maritime internationale (OMI) en raison des sanctions américaines contre ses services de transport maritime, a déclaré lundi 12 novembre Mohammad Rastad, directeur de l'Organisation portuaire et maritime d'Iran.
>>Les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran en vigueur
>>Trump rétablit toutes les sanctions contre l'Iran. Et après?

Le président iranien Hassan Rouhani, le 14 octobre à Téhéran.
Photo: AFP/VNA/CVN

Une plainte sera déposée la semaine prochaine devant l'OMI à Londres contre "les sanctions et les restrictions cruelles imposées au transport maritime par les États-Unis", a indiqué M. Rastad, cité par la chaîne Press TV.

La plainte iranienne s'appuiera sur les lois internationales qui régissent l'industrie maritime, a-t-il ajouté.

Mercredi dernier 7 novembre, Brian Hook, représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, a menacé d'éventuelles sanctions les pays et les opérateurs portuaires qui accorderaient aux navires iraniens l'accès aux voies maritimes et aux installations portuaires internationales.

"Dans tous les goulets d'étranglement, du canal de Suez au détroit de Malacca, les pétroliers iraniens sont un véritable danger flottant", a-t-il indiqué.

"Les pétroliers iraniens sont auto-assurés, et constituent un risque pour les ports qui les autorisent à jeter l'ancre et les canaux qui leur accordent le passage", a-t-il ajouté.

Lundi 12 novembre, le contre-amiral Mahmoud Mousavi, commandant adjoint de la marine iranienne, a déclaré que les forces armées iraniennes protégeraient les pétroliers iraniens contre toute menace américaine éventuelle dans les eaux internationales. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le bánh chưng gù, une spécialité des Tày dans le district de Van Bàn

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.