21/12/2018 15:18
Les jeunes ne boivent plus le thé à la manière traditionnelle. Ils le mélangent à d’autres ingrédients, et créent ainsi de nouveaux breuvages aux goûts variés, qui font le bonheur des consommateurs. Cette pratique est devenue un métier: celui de tea-tender, en français préparateur de thé.
>>Un barman vietnamien à l’honneur sur la scène internationale
>>Concours du meilleur barman Saigontourist

Nguyên Viêt Dai prépare le thé dans le cadre d'un concours en la matière.
Photo: TN/CVN

La préparation du thé est bien connue dans de nombreux pays. Traditionnellement, il s’agit de le faire infuser sec ou frais dans de l’eau bouillante avant de le servir bien chaud. Mais depuis peu, un nouvel art est né: celui de la combinaison des thés, tea mixology en anglais. Un préparateur met en œuvre ses connaissances et expériences pour mélanger du thé à divers ingrédients, créant ainsi des boissons originales dont les saveurs ravissent le palais des dégustateurs. Au Vietnam, ce nouveau métier existe depuis environ 5 ans.

Le Vietnam est l’un des premiers cultivateur et exportateur de thé au monde. Parmi les thés vietnamiens les plus appréciés à l’étranger, se trouvent le thé vert, le thé noir ou encore le Olong.

Rénover un breuvage traditionnel

Concernant la préparation, si les vieux artisans utilisent du thé fabriqué traditionnellement, les jeunes générations préfèrent les thés aux arômes originaux, combinés à d’autres saveurs comme le lait ou l’arôme de côm (du jeune riz gluant pilé).

Nguyên Viêt Dai, un jeune tea-tender professionnel, remarque que "le Vietnam possède une culture séculaire du thé. Chaque catégorie a sa propre saveur et un parfum original. En introduisant de nouveaux éléments à la préparation, j’espère rénover ce breuvage traditionnel", a-t-il souligné.

Son ouvrage Trà chiêu (heure du thé) a impressionné le jury d’un concours de préparation de thé. Le jeune artisan a notamment mis au point un mélange harmonieux des thés Tân Cuong et Thai Nguyên, de jeune riz gluant et d’arôme de jasmin.

Selon la vice-présidente de l’Association du thé du Vietnam, Anh Hông, "l’art de préparation du thé se développe fortement dans les pays occidentaux. Au Vietnam, il reste un métier nouveau. Mais grâce la culture traditionnelle du thé vietnamien qui se perpétuant de générations en générations, les jeunes l’adaptent rapidement. Les tea-tenders sont comme des barmans, mais au lieu de mélanger de l’alcool pour faire des cocktails, ils mélangent des thés. Ainsi, chaque préparateur crée sa propre recette. L’objectif est de faire aimer le thé aux jeunes", a affirmé Mme Hông. 

Thu Hà Ngô/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La zone du patrimoine de Huê sera ouverte gratuitement pendant le Têt Pendant les trois jours du Têt du Cochon 2019, soit entre le 5 et 7 février, la visite sera gratuite pour tous les sites qu'abrite l’ancienne Cité impériale de Huê, selon le Centre de préservation des vestiges de l'ancienne Cité impériale de Huê.