09/02/2019 09:00
Sur les hauts plateaux du Centre existe un "royaume des Rois du Feu". Ce surnom séculaire évoque le village de Plei Oi, peuplé par les ethnies minoritaires Jrai et Ba Na, inscrit aujourd’hui sur la liste nationale des vestiges historiques et culturels.
>>Un village des pagodes sur les hauts plateaux du Centre
>>La nhà rông, l’âme du village des ethnies du Tây Nguyên

 
Rite d’imploration de la clémence du Génie de la Pluie au village de Plei Oi.
Photo: CTV/CVN

Le village de Plei Oi, dans la commune d’Ayun Ha, district de Phu Thiên, province de Gia Lai (hauts plateaux du Centre ou Tây Nguyên), est certainement l’unique endroit au Vietnam où ont régné les Rois du Feu (Potao Apui en langue locale). Depuis la fin du XVe siècle, 14 souverains se sont succédés sur toute cette région du Tây Nguyên. Le quatorzième et dernier roi, Siu Luynh, est décédé en 1999.

Lorsque l’on évoque une dynastie royale, on imagine fastes, honneurs, palais et vie hors du commun des mortels. Mais pour les Rois du Feu, la vie quotidienne n’était pas différente de celles des autres villageois de l’ethnie Jrai, à laquelle ils appartenaient. Comme eux, ils habitaient une maison sur pilotis, et assuraient leur subsistance grâce à agriculture, chasse et cueillette. Mis à part une mission particulière qui leur conférait un titre royal: avoir en garde une épée magique censée apporter une pluie bienfaisante sur la terre.

Chaque fois que la sècheresse sévissait dans la région, que les récoltes et les humains risquaient de dépérir, le Roi du Feu organisait une cérémonie, dite "Imploration de la clémence du Génie de la Pluie", au cours de laquelle il exécutait des mouvements rituels avec la fameuse épée. C’est ce pouvoir sur les éléments et cette épée dont il était le seul à maîtriser la magie, qui lui conféraient un statut royal auprès des populations locales.

La légende d’une épée

"L’apparition de l’épée magique et du règne des Rois du Feu à Plei Oi s’explique par une légende, transmise de génération en génération chez les Jrai et les Ba Na", raconte  Relan Hieo, septuagénaire, ancien serviteur du roi défunt Siu Luynh. 

Il était une fois, deux frères d’ethnie Jrai qui forgèrent une épée en bronze, au sommet de la montagne de Hàm Rông (littéralement "Mâchoire du Dragon") - vestige d’un ancien volcan. Le travail fini, l’épée conserva toujours le rouge flamboyant du bronze en fusion, même lorsqu’elle était plongée dans un lac, un ruisseau ou un fleuve. De plus, toutes ces sources d’eau étaient immédiatement mises à sec dès que l’épée y pénétrait. L’épée ne fut refroidie lorsqu’elle fut trempée dans le sang des esclaves.

Divinisée, l’"épée magique" fut sacralisée, car censée avoir une force surnaturelle. Les autochtones cherchèrent pour elle un gardien honorable qu’ils appelèrent Potao Apui, ou Roi du Feu.

Chez les communautés mon-tagnardes, le pouvoir du Roi du Feu s’affirmait. Ce dernier était invité à venir partout dans les localités, proches ou lointaines, où sévissait la sècheresse, l’épidémie ou la famine. On croyait que ces calamités disparaissaient après le sortilège du Roi du Feu, et de son Épée magique.

Trône cherche souverain

Le 14e Roi du Feu, Siu Luynh.
Photo: CTV/CVN
La présence de l’Épée magique a largement influencé le mode de vie des villageois de Plei Oi. À la différence d’autres villages du Tây Nguyên où les maisons d’habitation sont habituellement orientées au Nord, celles du village de Plei Oi donnent au Sud.

D’anciens documents historiques notent qu’"au temps de la dynastie des Nguyên (1802-1945), chaque fois qu’un nouveau Roi du Feu accédait au trône, le mandarin de la Cour accrédité pour la province de Phu Yên (à proximité de Gia Lai) venait jusqu’au village de Plei Oi pour lui exprimer ses félicitations. En signe de respect, il lui remettait une urne en argent massif, destinée aux cendres du roi décédé, accompagnée de cadeaux précieux".

Depuis la disparition, en 1999, du 14e Roi du Feu, Siu Luynh, ce poste reste vacant. La tradition veut que seul celui portant le nom familial de Siu puisse succéder au trône. Mais, chez les Jrai, les enfants portent obligatoirement le nom familial de la mère. "L’héritier doit donc être choisi parmi les hommes de la lignée de Siu. Mais, à présent, aucun d’eux ne veut être candidat", révèle Relan Hieo, serviteur du dernier roi. La raison en est simple: il est devenu inutile, aujourd’hui, de quémander le Génie de la Pluie. L’ouvrage hydraulique d’Ayun Ha construit il y a une quinzaine d’années est en mesure d’arroser suffisamment toute la région.

Inquiet de la disparition éventuelle d’une coutume traditionnelle qui marque fortement la communauté minoritaire au Tây Nguyên, le district de Phu Thiên, soutenu par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, a relancé le rite d’imploration de la clémence du Génie de Pluie, sous forme d’une fête folklorique. De plus, un parc-musée a vu le jour au village de Plei Oi. Il abrite de nombreux d’ouvrages architecturaux qui raconte l’histoire d’antan. L’épée magique, acheminée de la montagne Chu Tao Yang, est placée désormais dans une magnifique construction nommée "Maison de l’épée magique".

La fête d’imploration de la clémence du Génie de la Pluie de Potao Apui a été reconnue en 2016 comme "patrimoine culturel immatériel national". Désormais, elle est une part importante des festivités locales. Lors de la fête, Relan Hieo, serviteur du dernier Roi du Feu, a l’honneur d’exécuter le rituel d’antan.
 
Nghia Dàn/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.