26/07/2018 08:14
La Banque d’État du Vietnam (BEV) a affirmé disposer d’une réserve de devises suffisante, déclarant être toute prête à intervenir sur le marché des changes pour assurer sa stabilité.
>>La BEV prête à intervenir sur le marché des changes
>>Les experts recommandent une politique de change flexible
>>Les taux de change devraient subir des pressions dans les mois à venir

Le gouvernement, dans sa résolution concluant sa récente réunion mensuelle, a demandé à la BEV d’élaborer un scénario de gestion des taux de change dans le contexte de changements survenus au sein des places boursières mondiales et notamment s’agissant du cours des devises.

Le gouverneur de la BEV, Lê Minh Hung, a affirmé que tous les éléments pertinents avaient déjà été pris en compte depuis le début de l’année. Les fluctuations des prix sont dues principalement à l’appréciation du dollar américain sur le marché international.

Au premier semestre, la BEV a acheté 11 milliards de dollars, portant les réserves de change à environ 63,5 milliards de dollars.
Photo: Trân Viêt/VNA/CVN

Les réserves de change à 63,5 milliards de dollars

"La BEV a mis en place une politique monétaire flexible visant à stabiliser le taux d’intérêt moyen, celui-ci ayant même connu un léger repli de 0,5% entre janvier et juin", a déclaré Lê Minh Hung.

Parallèlement, les crédits nationaux ont progressé d’environ 6,9% par rapport à fin 2017. Leur structure était principalement axée sur l’industrie manufacturière (+7,7%), l’agriculture rurale (+7,2%) et les petites et moyennes entreprises (+3%). "Les prêts s’orientaient vers les activités productives et commerciales telles que l’exportation, l’agriculture et le développement rural", a souligné le gouverneur de la banque centrale.

Il a ajouté qu’au cours des six premiers mois de l’année, la BEV avait également accéléré le traitement des créances douteuses, obtenant donc des résultats positifs sur ce point. Il a par la suite fait savoir que la récente hausse du taux de change était prévisible, la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) ayant relevé ses taux d’intérêt et le dollar connu une embellie sur les marchés internationaux.

"La BEV est prête à intervenir sur le marché local des devises en cas de coup dur. L’intervention vise à stabiliser le taux de change et à prévenir les risques macroéconomiques", a-t-il indiqué.

L’achat net de devises par la BEV a dépassé les 11 milliards de dollars au premier semestre de 2018, portant ainsi les réserves de change du pays à environ 63,5 milliards de dollars.

Selon l’Institut de recherche économique et politique du Vietnam (VEPR), ce chiffre est équivalent à près de 13 semaines d’importation. Cependant, il n’est égal qu’au seuil minimum recommandé par le Fonds monétaire international (FMI). Le VEPR suggère au pays de continuer à augmenter ses réserves de change afin de s’assurer un maximum de stabilité dans son processus d’intégration mondiale.

Fluctuations prévues dans les mois à venir


Dans quelques temps, les taux de change devraient subir de fortes fluctuations à la hausse en raison des inquiétudes liées à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, a estimé le directeur du VEPR, Nguyên Duc Thành.

Selon le rapport du VEPR sur la situation macro-économique du Vietnam au 2e trimestre, les États-Unis et la Chine sont des partenaires commerciaux particulièrement importants pour le Vietnam. Washington est en effet le premier importateur de produits vietnamiens, représentant près d’un cinquième du chiffre d’affaires total à l’export du Vietnam. Celui-ci achète également beaucoup de marchandises de la Chine, qui absorbe un quart de ses importations. Par conséquent, les dissensions économiques Pékin - Washington et la dépréciation du yuan devraient grandement affecter l’économie vietnamienne. Et en cas de déferlante de produits chinois à bas coût au Vietnam, la balance commerciale bilatérale s’en trouverait franchement déséquilibrée.

D’après Nguyên Duc Thành, face au resserrement monétaire de la Fed et à la dévaluation du yuan chinois, la meilleure option pour le Vietnam reste une dépréciation du dông par rapport au dollar mais à un rythme inférieur au recul du yuan face au dollar.

Les analystes du VEPR ont souligné que la dépréciation du dông profiterait aux importateurs vietnamiens car le pays était un grand importateur de matières premières chinoises pour son industrie de transformation et ses exportations.

Selon le rapport, la deuxième hausse des taux d’intérêt de la Fed au 2e trimestre de cette année est l’un des facteurs clés expliquant l’appréciation du dollar américain et la dévaluation des monnaies nationales de plusieurs pays.

Thê Linh/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.