24/01/2022 22:07
Lors de leur première visite en Europe depuis leur retour au pouvoir, des talibans se sont retrouvés autour de la table avec des diplomates occidentaux lundi 24 janvier à Oslo pour discuter de la grave crise humanitaire en Afghanistan, la communauté internationale conditionnant la reprise de son aide au respect des droits humains.
>>L'urgence humanitaire en Afghanistan au menu de discussions entre talibans et Occidentaux
>>L'ONU a besoin de 5 milliards d’USD pour éviter la catastrophe humanitaire
>>Les humanitaires luttent contre des conditions météorologiques difficiles pour fournir de l'aide aux Afghans

Le représentant spécial britannique pour l'Afghanistan Nigel Casey (droite) serre la main du ministre afghan des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi, à Oslo le 24 janvier. Photo : NTB/CVN

La délégation afghane conduite par le ministre des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi s'est réunie peu après 10h30 (09h30 GMT) avec des représentants des États-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège.

Se tenant à huis clos dans l'hôtel Soria Moria, sur une colline enneigée près d'Oslo, les discussions doivent notamment porter sur l'urgence humanitaire en Afghanistan, alors que des millions d'Afghans sont menacés par la faim dans le pays privé d'aides internationales et touché par plusieurs sécheresses.

"Tout en cherchant à résoudre la crise humanitaire (...), nous poursuivrons une diplomatie lucide avec les talibans (dictée par) notre intérêt constant pour un Afghanistan stable, respectueux des droits et inclusif", a tweeté dimanche le représentant spécial américain, Thomas West.

Aucun État n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans, fondamentalistes islamistes chassés du pouvoir en 2001 mais redevenus maîtres du pays en août dernier après une offensive éclair.

La Norvège a souligné que ces discussions, critiquées par des experts et une partie de la diaspora, "ne constituent pas une légitimation ni une reconnaissance", mais qu'il était nécessaire de "parler aux autorités qui dirigent de facto le pays".

Pour sa part, le porte-parole du gouvernement islamiste, Zabihullah Mujahid, a dit samedi 22 janvier espérer que les discussions contribueront à "changer l'atmosphère guerrière (...) en situation pacifique".

Depuis août, l'aide internationale qui finançait environ 80% du budget afghan s'est arrêtée et les États-Unis ont gelé 9,5 milliards d’USD d'avoirs de la Banque centrale afghane.

Le chômage a explosé et les salaires des fonctionnaires ne sont plus payés depuis des mois.

La faim menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui a réclamé 4,4 milliards d’USD auprès des pays donateurs cette année.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

Cao Bang travaille avec des experts du Réseau mondial des géoparcs Le Comité populaire de la province de Cao Bang au Nord a travaillé le 25 mai avec un groupe d’experts du Réseau mondial des géoparcs sur le géoparc mondial Non Nuoc Cao Bang, en vue de la réévaluation prochaine de ce géoparc.