19/08/2018 19:44
De son vivant, le Président Hô Chi Minh s’est rendu dans de nombreuses localités pour encourager les autorités et les habitants dans leur travail et dans la défense du pays. En 1958, la commune de Ta Thanh Oai (district de Thanh Tri, en banlieue de Hanoï) a eu l’honneur d’accueillir le grand dirigeant.
>>Exposition sur le Président Hô Chi Minh à Moscou
>>Hô Chi Minh et Picasso
>>Des œuvres sur le Président Hô Chi Minh distinguées

Le monument en mémoire de la visite du Président Hô Chi Minh, à la commune de Ta Thanh Oai (district de Thanh Tri, en banlieue de Hanoï).
Photo: VOV/CVN

Le 12 janvier 1958, à 08h25, sans prévenir, le président Hô Chi Minh, accompagné d’une délégation de cadres, s’est rendu dans la commune de Ta Thanh Oai (appelée autrefois Dai Thanh). Selon les personnes présentes ce jour-là, en voyant les paysans et les soldats s’affairer dans le champ Quai Chao pour lutter contre la sécheresse, le grand dirigeant a retroussé son pantalon et est descendu dans le champ, les sandales à la main.

Il a d’abord voulu pédaler pour faire tourner la roue hydraulique, mais en voyant un vieil homme puiser de l’eau avec une écope et la faire couler dans la rizière, le dirigeant a demandé de faire de même. Beaucoup voulaient écoper avec lui, mais Hô Chi Minh a désigné Vu Quy, le secrétaire du comité du Parti pour le district de Hà Dông.

Ngô Manh Quyên, un patriarche de la commune de Ta Thanh Oai se remémore: "J’étais là quand il écopait dans le champ de Quai Chao. Je me souviens qu’il a dit: +Cela fait des dizaines d’années que je n’habite plus dans un village agricole mais je me souviens comment manipuler une écope+. Il a même fait quelques gestes pour guider Vu Quy. Il écopait comme un vrai paysan. Nous étions tous très touchés".

La participation du Président Hô Chi Minh aux activités contre la sécheresse a beaucoup encouragé les habitants de cette commune. Peu de temps après, le champ entier était rempli d’eau et de jeunes pousses de riz. La récolte printanière de cette année-là s’est même avérée bonne.

"Après la venue du Président Hô Chi Minh, la cellule du Parti dans la commune a lancé un mouvement d’émulation. Tous les hameaux se sont mobilisés pour faire venir l’eau dans les rizières. Ensuite, les coopératives agricoles ont été fondées", poursuit Ngô Manh Quyên.

Des témoins racontent leurs souvenirs.
Photo: VOV/CVN

L’écope utilisée par le Président Hô Chi Minh ce jour-là est actuellement exposée au musée de la Révolution du Vietnam. Elle est toute simple mais remplie de souvenirs. Malgré ses missions de chef d’État, Hô Chi Minh n’avait pas oublié les travaux agricoles manuels. Il a servi d’exemple et a encouragé les autres par ses gestes concrets.

En 2004, au champ Quai Chao, le comité populaire de Hanoï a fait construire un monument en mémoire de cet événement historique. Au milieu de celui-ci se trouve un grand relief en pierre bleue reproduisant la scène où le Président Hô Chi Minh écopait avec la population. Le monument sert aussi de lieu de repos pour les paysans après une journée de dur labeur au champ.

Soixante années se sont écoulées mais l’image du grand dirigeant qui descendait dans le champ, le pantalon retroussé, pour écoper l’eau, reste gravée dans le coeur des habitants de la commune. Nguyên Huu Manh était un autre témoin de cet événement historique. "Par rapport à cette époque, la vie des paysans est bien meilleure maintenant. Ils sont très satisfaits des réformes agricoles menées récemment, notamment le remembrement des terres pour créer de grandes exploitations. Ils participent activement à différents mouvements sociaux", dit-il.

Le champ Quai Chao, autrefois aride, est aujourd’hui utilisé pour faire pousser du riz de grande qualité. Entouré de hameaux riches, Ta Thanh Oai a ainsi fait peau neuve.

VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.