18/10/2017 15:16
L'organisation jihadiste État islamique (EI) a subi un lourd revers avec la perte de Raqa, son principal bastion en Syrie, passé sous le contrôle de forces soutenues par Washington.
>>Syrie : des forces antijihadistes reprennnent le principal hôpital de Raqa
>>À Raqa, le système D des forces antijihadistes

Un combattant des FDS, le 16 octobre à Raqa en Syrie.
Photo : Reuters/VNA/CVN

"Les opérations militaires à Raqa ont pris fin. La ville est sous le contrôle total" des Forces démocratiques syriennes (FDS), a déclaré mardi 17 octobre Talal Sello, un porte-parole de l'alliance.

"Il y a actuellement des opérations de ratissage pour éliminer les cellules dormantes, si on en trouve, et pour déminer la ville", a-t-il ajouté.

L'EI a perdu Raqa après des mois de combats qui ont transformé cette ville du nord de la Syrie en un champ de ruines.

Avec la chute de son ex-capitale, qui aurait servi de centre de planification pour des attentats meurtriers dans le monde entier, le groupe voit son "califat" quasiment réduit à néant en Syrie.

Juste après avoir annoncé la prise de Raqa, les combattants des FDS ont envahi l'emblématique rond-point d'Al-Naïm, où l'organisation jihadiste menait ses décapitations et autres atrocités.

"Ca, c'est le moment qu'on attendait", a déclaré Hazem Kobane, un combattant de 23 ans, en accrochant le drapeau jaune des FDS sur la clôture de métal du rond-point, rebaptisé par les habitants "le rond-point de l'enfer".

C'est sur cette clôture que l'EI accrochait les têtes coupées des suppliciés et c'est au centre du rond-point qu'il brûlait les livres et les paquets de cigarettes.

Tout autour, un paysage de désolation, avec des immeubles en ruines, des rues remplies de décombres et de carcasses de voitures, une ville ravagée par plus de quatre mois de combats et de bombardements aériens.

"L'offensive militaire à Raqa arrive peut-être à son terme, mais la crise humanitaire est plus grave que jamais", a déploré dans un communiqué l'ONG Save the children.

En quatre mois, les combats ont fait 3.250 morts - 1.130 civils y compris 270 enfants et 2.120 combattants des deux bords -, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Des dizaines de milliers d'habitants ont également été déplacés par les combats. Mardi 17 octobre, le centre où se sont déroulés les derniers combats était désert, à l'exception des combattants kurdes et arabes des FDS qui se félicitaient de la victoire, a constaté un journaliste de l'AFP.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Quang Nam: Hôi An parmi les villes les plus attractives au monde Le magazine Travel and Leisure vient de publier un classement des 15 villes les plus attractives au monde comportant à la 8e place la vieille ville de Hôi An, dans la province de Quang Nam (Centre).