22/02/2019 08:43
Un attentat à la voiture piégée, revendiqué par le groupe État islamique (EI), a tué jeudi 21 février 20 personnes dans l'Est de la Syrie, près d'une base de l'alliance arabo-kurde qui tente d'évacuer les derniers civils piégés dans l'ultime réduit du "califat".
>>Vingt-quatre combattants de l'EI capturés en Irak après avoir fui la Syrie
>>Syrie: des camions transportant hommes, femmes et enfants quittent la poche de l'EI

Des combattants présumés de l'EI qui se seraient rendus aux FDS sont évacués en camion de Baghouz dans la province de Deir Ezzor, le 20 février.
Photo: AFP/VNA/CVN

L'attaque, qui a frappé le village de Cheheil, non loin du champ pétrolier Al-Omar, à une dizaine de kilomètres seulement d'une grande base des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), a été revendiquée jeudi soir par l'EI sur la messagerie en ligne Telegram.

Elle illustre la capacité que conservent les jihadistes à frapper, même s'ils sont désormais acculés dans une petite poche d'un demi-kilomètre carré, dans la province orientale de Deir Ezzor.

Parmi les victimes figurent 14 employés des infrastructures pétrolières d'Al-Omar et six combattants de la force arabo-kurde, selon l'OSDH.

Un porte-parole des FDS, Adnane Afrine, a confirmé l'attentat, accusant une "cellule dormante" de l'EI.

"Il y a des attaques contre les combattants (des FDS), il y a des assassinats, des explosions, et ces opérations visent même les civils", a-t-il indiqué à l'AFP.

À son apogée, des milliers d'étrangers venus d'Europe, d'Asie mais aussi du continent américain avaient rejoint les vastes régions et grandes villes conquises par l'EI en Syrie et en Irak en 2014.

De ce "califat" autoproclamé, il ne reste qu'un réduit dans le village de Baghouz, aux confins orientaux de la Syrie, tout près de la frontière irakienne.

C'est dans ce secteur que le jihadiste français Fabien Clain, considéré comme la "voix" ayant revendiqué au nom de l'EI les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts), a été tué, a-t-on appris jeudi 21 février de sources sécuritaire et proche du dossier à Paris.

Selon la radio France Inter, qui a révélé l'information, son frère Jean-Michel, autre figure française du jihad, a été grièvement blessé lors d'une frappe de la coalition internationale antijihadistes.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

An Giang renforce ses investissements dans le touristisme La province d’An Giang vise 9,2 millions de touristes étrangers et nationaux en 2019, et 5.500 milliards de dôngs (plus de 237 millions de dollars) de recettes dans le secteur du tourisme.