15/09/2018 15:56
Au moins 20 combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance kurdo-arabe soutenue par Washington, ont été tués vendredi 14 septembre dans une embuscade du groupe État islamique (EI) dans l'Est syrien, où les jihadistes sont acculés dans un ultime réduit, a rapporté une ONG.
>>Syrie: deux morts dans des explosions sur une base militaire près de Damas
>>Des milliers de Syriens de retour chez eux dans la banlieue de Damas

Des combattants kurdes et arabes syriens engagés dans une offensive contre l'EI dans l'Est de la Syrie, le 13 septembre 2018, avec l'appui de la coalition internationale anti EI menée par Washington.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Les combattants progressaient durant une tempête de sable, ils ont été encerclés, les éléments de l'EI ont utilisé des explosifs et ont ouvert le feu", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moment où les FDS mènent une offensive contre la poche de Hajine tenue par les jihadistes dans la province de Deir Ezzor.

Lundi 10 septembre, les FDS, soutenus par l'aviation de la coalition internationale anti-EI emmenée par Washington, ont lancé la "phase III de l'opération Roundup", présentée comme l'ultime étape de l'offensive visant à mettre un terme à la présence de l'EI dans l'est de la Syrie.

L'opération cible l'ultime territoire tenu par l'EI sur la rive Est du fleuve Euphrate, non loin de la frontière irakienne, et qui comprend notamment les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa.

Quelque 3.000 jihadistes, en grande partie étrangers, tenteraient de résister dans cette enclave de Hajine. Il y aurait parmi eux des dirigeants de "premier rang", avaient récemment mis en garde les FDS.

Des responsables de cette force mais aussi le porte-parole de la coalition internationale ont reconnu que l'opération sera ardue, notamment en raison du recours par l'EI à des mines qui ralentissent la progression des combattants.

Au total depuis lundi 10 septembre au moins 37 combattants des FDS ont été tués dans les combats, ainsi que 53 jihadistes, selon un nouveau bilan de l'OSDH.

"Un grand nombre de mines sont plantées dans le secteur, les éléments de l'EI se cachent dans des tunnels", a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, contacté par l'AFP.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d'un "califat" sur de vastes région à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'EI a été mis en déroute au terme de multiples offensives.

En Syrie, il contrôle désormais moins de 3% du territoire selon l'OSDH, mais il continue à frapper avec des attentats visant tant les forces kurdo-arabe que celles du régime syrien ou des civils comme dans une région habitée par la majorité druze dans le sud syrien.
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Douceur de vivre sur l’île de Quan Lan à Quang Ninh Située dans le golfe du Bac Bô, aux confins septentrionaux du pays, à proximité de sites touristiques célèbres tels les baies de Ha Long et Bai Tu Long ou encore la plage de Trà Cô, l’île de Quan Lan, province de Quang Ninh (Nord), abrite de magnifiques paysages encore intacts.