23/11/2021 18:32
Non qualifiée pour les Mondiaux à Houston, qui débutent mardi 23 novembre, la grande espoir du tennis de table français Prithika Pavade, 17 ans, se console avec d'autres objectifs pour confirmer une année riche, marquée par un baptême olympique inattendu à Tokyo.
>>Euro-2021 de tennis de table : les Bleues en bronze
>>JO-2020 : Timo Boll, le Federer du tennis de table

La jeune Française Prithika Pavade au service lors du tournoi olympique de ping pong à Tokyo, le 2 août.
Photo : AFP/VNA/CVN

La pépite de l'Insep et du club de Saint-Denis, annoncée comme l'une des chances de médailles du ping pong bleu lors des Jeux de Paris 2024, ne verra pas le Texas. La faute au règlement amendé par la fédération internationale.

Du fait de l'annulation de nombreux tournois comptant pour la qualification, seul le classement mondial est pris en compte. Pavade, 376e au moment du pointage (326e actuellement), ne figurait pas dans le bon wagon pour la compétition planétaire aux États-Unis.

"La Fédération française (FFTT) a essayé d'obtenir une wild-card (invitation) mais cela n'a pas marché. Si l'ITTF (fédération internationale) avait fait une exception pour moi, il aurait fallu le faire aussi pour plusieurs jeunes joueuses", explique l'intéressée à l'AFP.

La FFTT a déploré un règlement "strict" qui exigeait de sa pépite d'obtenir "un classement mondial minimum" pas encore atteint "en raison de sa jeunesse" et des compétitions "reportées ou annulées à cause de la COVID".

Cette situation est d'autant plus frustrante que la médaillée de bronze européenne par équipe et en double mixte s'est offert plusieurs performances face à des adversaires bien mieux classées qu'elle.

Dernière en date : fin octobre à Tunis où elle a écarté (3-0) l'Égyptienne Dina Meshref, 36e mondiale, pour se hisser en quart de finale d'un tournoi du circuit professionnel.

Perf' face à la N°1 européenne 

À Cluj (Roumanie), lors des Championnats d'Europe par équipe, achevés sur une troisième place pour les Bleues, Pavade s'était même offert le scalp de la N°1 européenne, l'Autrichienne Sofia Polcanova (16e mondiale).

"Cela faisait plus de cinquante ans (depuis 1962) qu'il n'y avait pas eu de médaille pour les filles ! Pour la moitié du groupe, c'était les premiers championnats par équipe. Donc ça fait plaisir et c'est très encourageant pour la suite", apprécie Pavade, en relativisant son absence aux Mondiaux.

"Il y de la déception parce que c'est une compétition incroyable que j'avais très envie de découvrir. Mais on va continuer de travailler pour améliorer mon classement", confie-t-elle.

La jeune Française Pavade Prithika concentrée sur son match dans le tournoi olympique des Jeux de Tokyo, le 2 août.
Photo : AFP/VNA/CVN 

Son parcours en Tunisie lui a permis de grimper de douze places. "C'est assez urgent de monter mais je me dis que si je continue à +performer+, il n'y a pas de raison que cela ne marche pas", souligne Pavade.

La native de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, espère donc poursuivre dans cette voie même si le tournoi de Lasko, en Slovénie, ne lui a pas autant souri qu'en Tunisie. Après les qualifications, franchies de haute lutte, Pavade est tombée sur une sérieuse cliente d'entrée, la Chinoise Yidi Wang (10e mondiale), et s'est inclinée sans inscrire la moindre manche (3-0).

Briller aux Mondiaux juniors 

Mais d'autres objectifs arriveront vite, comme les Mondiaux juniors (2-8 décembre) au Portugal, où elle espère s'illustrer, surtout dans l'épreuve individuelle. "Lors de la dernière édition (2019), j'ai fait une médaille (de bronze, ndlr) en double avec Camille Lutz mais je n'y ai jamais très bien joué en simple", confie Pavade.

"Ça va être sympa de retrouver des filles de mon âge. Si j'arrive à mettre de bonnes intentions, je peux réussir quelque chose", poursuit la pépite française, qui enchaînera avec les Championnats de France seniors (17-19 décembre) à Cesson-Sévigné.

Une autre occasion de briller à l'issue d'une année 2021 chargée - malgré son absence forcée aux Mondiaux - et inoubliable avec la qualification pour les JO, même si elle n'a pas franchi le premier tour au Japon.

"J'aurais aimé revenir avec une ou deux victoires, mais je ne suis pas forcément passée à côté. Cela reste très enrichissant", conclut-elle.


AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.