29/03/2018 20:06
De plus en plus de gens parlent français en Suisse, selon les données publiées mercredi 28 mars par l'Office fédéral de la statistique (OFS).
>>Bourses canadiennes de la Francophonie au profit des Vietnamiens
>>Journée festive en l'honneur de la Francophonie

L'ONU estime que 274 millions de personnes parlent français à travers le monde en 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'allemand, l'italien, le romanche et le français sont les langues officielles de la Suisse. L'allemand, l'italien et le romanche comme langues principales ont reculé ces 40 dernières années, tandis que les parts du français et des langues non nationales ont augmenté, selon l'OFS.

Entre 1970 et 2016, la part de personnes parlant le français est passée de 18% à 23%, alors que celle de personnes parlant l'allemand comme langue principale a été légèrement réduite de 66% à 63%, l'italien, de 11% à 8%, et le romanche, de 0,8% à 0,5%.

La part de personnes ayant indiqué une langue non nationale augmente fortement, de 4% à 22%, principalement en raison de la possibilité, dès 2010, d'indiquer plusieurs langues principales dans les recensements. L'anglais et le portugal sont les deux langues étrangères les plus souvent mentionnées.

Selon l'OFS, sur le marché du travail en Suisse, le suisse allemand est la langue la plus fréquemment parlée (65% des personnes actives occupées), suivi de l'allemand standard (35%), du français (29%), de l'anglais (19%) et de l'italien (9%). À la maison ou avec les proches, 59% des personnes parlent habituellement le suisse allemand, 24% le français, 11% l'allemand standard, et 8% l'italien.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.