25/10/2021 00:49
Depuis deux ans, la crise sanitaire a révélé de nombreuses insuffisances dans la mise en œuvre de programmes socio-économiques à Hô Chi Minh-Ville. En particulier, l’aide sociale et le bien-être des travailleurs à faible revenu et ceux migrants ont été des questions délicates lors de réunions sur reprise économique de la mégapole du Sud.

>>Un plan de redressement socio-économique pour Hô Chi Minh-Ville
>>Politiques marquantes pour soutenir les entreprises et les employés touchés par le COVID-19
 

Des réaménagements urbains sont en cours à Binh Khanh, ville de Thu Duc.


Lors d’une récente réunion tenue en octobre, le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Phan Van Mai, a déclaré que la ville se concentre non seulement sur les solutions de relance économique, mais aussi sur la prise en charge de la vie matérielle et spirituelle de la population. Il reste ainsi la question de rénover des dortoirs et construire des immeubles sociaux pour les travailleurs à faible revenu et les personnes vivant aujourd’hui dans des bidonvilles et des quartiers résidentiels exigus.

Ce sont aussi ces préoccupations qu’ont soulevé de nombreux chefs de Services et organismes de sécurité sociale de Hô Chi Minh-Ville lors de réunions organisées au sujet des politiques de relance économique et de la sécurité sociale pour la période 2022 - 2025.

En assurant une bonne couverture sociale pendant l’épidémie de COVID-19, notamment lors de la 4e vague, Hô Chi Minh-Ville s’est efforcée de soutenir toutes les personnes vivant à Hô Chi Minh-Ville.

Pourtant il existe des insuffisances dans le soutien des travailleurs migrants. Il a été en effet difficile pour la ville de retenir les travailleurs migrants pour maintenir la croissance économique et son rôle en tant que centre économique majeur du pays.

Selon les statistiques, les 83,4% d’ouvriers restants doivent trouver un logement par leurs propres moyens, souvent dans des agglomérations insalubres, des maisons louées trouvées en périphérie des zones industrielles.

La ville doit ainsi envisager de mettre en oeuvre une politique visant à encourager les loueurs à investir et à rénover leurs dortoirs. Jusqu’ici, la plupart des propriétaires sont indifférents à cette politique en raison de l’investissement que cela induit pour eux.


Rénovation des pensionnats et des dortoirs

Rénovés et réaménagés, ces logements seront loués ensuite à des prix plus élevés, que les travailleurs ne pourront plus s’offrir. C’est un dilemme que les autorités publiques doivent résoudre rapidement.

Le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Phan Van Mai, a indiqué il est possible de créer des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de résidences correctes dans les prochains mois afin que les personnes à faibles revenu puissent y accéder immédiatement.

 

Vue sur un dortoir de Binh Tân.


En accord sur le diagnostic, Du Phuoc Tân, expert de l’Institut municipal de recherche sur le développement, a ajouté que la réorganisation des ménages vivant au long des canaux et dans des bidonvilles en général dans la ville doit être une priorité.

Cela permettra par la même occasion de contenir la transmission des maladies dans la communauté lors d’une pandémie, mais aussi de créer un environnement sain, pour éviter la propagation de l'épidémie. Il est ainsi important de mettre en place rapidement le Programme de développement de logements locatifs de longue durée, à prix abordables.


Le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville Phan Van Mai a exhorté les Services et les unités concernées à poursuivre et compléter la recherche sur ce problème afin que la ville puisse mettre en place des actions le plus tôt possible pour améliorer les conditions de vie des travailleurs.

Texte et photos : Quang Châu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Hô Chi Minh-Ville promeut ses atouts touristiques sur les plateformes en ligne Le 17e Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville se déroule du 4 au 25 décembre avec de nombreuses activités organisées à la fois en présentiel et en ligne.